Paris, Lyon, Lille, Dijon… La France a marché pour “Monsieur Paty” – LCI

Spread the love
  • Yum
Population

MOBILISATION – A l’appel de plusieurs syndicats d’enseignants et Charlie Hebdo, plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont déplacées place de la République, à Paris, mais aussi dans toute la France, dimanche 18 octobre. Autant de monde qui a célébré Samuel Paty, enseignant mort en martyr de la liberté d’expression.

Une minute de silence poignante. Rassemblée place de la République, la foule compacte s’est tue, l’espace d’un instant. Un moment empreint d’émotions pour rendre hommage à Samuel Paty, ce professeur d’histoire froidement assassiné à Conflans-Sainte-Honorine. A cet instant de mutisme a succédé une vibrante salve d’applaudissements. La Marseillaise s’est ensuite élevée des rangs de ces personnes qui ont répondu en masse à l’appel de syndicats d’enseignants, d’associations de défense de la liberté d’expression et de Charlie Hebdo. Parmi cette foule, des personnes de tous les horizons, de toutes les religions, rassemblées pour faire bloc dans l’unité. “Coupez les têtes ! Vous ne tuerez jamais la pensée”, prévient sur sa pancarte Roseline Signoret, dessinatrice de 59 ans. Une autre membre du cortège, Guigané, fustige un “acte odieux et affreux”. “Il ne faut pas que cette violence s’installe et devienne notre quotidien”, ajoute celle qui est médiatrice socio-culturelle dans l’Essonne. 

“Nous n’avons pas peur”

Plusieurs membres du gouvernement – Jean Castex en tête – et chefs de file de partis politiques, exception faite du Rassemblement national, se sont également joints à la mobilisation. “Nous n’avons pas peur. Vous ne nous diviserez pas”, a d’ailleurs lancé le Premier ministre sur les réseaux sociaux à l’issue du rassemblement. 

Parmi les autres personnalités politiques, on retrouve également François Hollande, ancien président de la République au mandat marqué par les attentats terroristes, accompagné par son ancien ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve et Najat Vallaud-Belkacem. Non loin de lui, le leader écologiste Yannick Jadot.

De poignants hommages dans tout l’Hexagone

Toute l’info sur

Un professeur d’histoire décapité en région parisienne

Au-delà de Paris, c’est dans toute la France qu’ont résonné les hommages à Samuel Paty, deux jours après son assassinat terroriste par un jeune homme d’origine tchétchène, finalement abattu par la police dans la foulée. Parce qu’il avait choisi de s’appuyer sur une caricature de Mahomet pour débattre de la liberté d’expression, c’est bien à ces principes que les manifestants, dont nombre d’enseignants, ont montré leur attachement en se rassemblant en cette froide après-midi. 

A Lyon, 12 000 personnes se sont rassemblées Place Bellecour. A Lille, ils étaient plus de 1.500, selon le comptage des médias. Dans le cortège, Frédérique, conseillère éducative dans la capitale des Flandres, et Audrey, enseignante à Loos, confient leur détresse : “Les enseignants sont seuls. La société a oublié qu’on était là pour les valeurs de la République. Notre métier est très difficile en ce moment” , racontent-elles à La Voix du Nord). Dans le pays tout entier, des manifestants sont descendus dans la rue pour commémorer la mémoire de ce professeur parti trop tôt (plus de 3.500 personnes à Dijon, 3.000 à Strasbourg, 2.500 à Marseille etc…). Partout en France, ce vibrant hommage a résonné. Partout dans l’Hexagone, cet immense cri d’unité a retenti.

Sur le même sujet

Et aussi

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *