Paris: le camp de migrants de la porte d’Aubervilliers évacué – BFMTV.COM

Spread the love
  • Yum

Une importante opération d’évacuation du campement de migrants de la Porte d’Aubervilliers à Paris, où vivaient entre 900 et 1.800 personnes selon un décompte de la préfecture de région. 

Encadrés par un important dispositif policier, des migrants qui avaient planté des tentes ou monté des baraquements de fortune au bord du périphérique s’acheminaient vers des bus à destination de gymnases ou de centres d’accueil franciliens, dans une opération conjointe de la préfecture de police de Paris et de la préfecture de la région Ile-de-France.

“Que l’on ne répète pas à l’infini ce jeu”

Le préfet de Police de Paris, présent lors de l’opération, a affirmé qu’il évacuerait “systématiquement” tout campement.

“Je crois que les Parisiennes et Parisiens attendent que les choses changent. Ces opérations sont parfaitement conformes aux principes d’humanité et de fermeté. Il faut que la vie des habitants qui habitent autour de ces portes change véritablement, que l’on ne répète pas à l’infini ce jeu consistant à évacuer et à voir des réinstallations. Je procéderai systématiquement de cette façon-là”, a déclaré le préfet de Police de Paris Didier Lallement.

Le préfet a par ailleurs indiqué qu’une “surveillance policière” serait établie sur place pour éviter des réinstallation. 

Un changement de doctrine des autorités

La doctrine des autorités dans la gestion de ces campements a changé lors de l’évacuation de quelque 1600 personnes à cheval sur Paris et la Seine-Saint-Denis, notamment à la Porte de la Chapelle, le 7 novembre.

Estimant que ces sites constituaient une “anomalie” du système d’hébergement, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, avait alors annoncé leur évacuation avant la fin 2019. Depuis, plus aucune réinstallation sur la Porte de la Chapelle n’est possible grâce à un imposant dispositif des forces de l’ordre.

Présente sur place, Anne Hidalgo a appelé à l’apaisement dans ce quartier.

“Pour nous la situation doit maintenant s’apaiser dans ce quartier qui doit pouvoir retrouver une vie normale, mais aussi pour les réfugiés, toutes ces personnes qui ont vécu à la rue pendant des mois”, a insisté la maire de Paris. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *