OvhCloud fait un premier bilan des données perdues

Spread the love
  • Yum

OvhCloud fait un premier bilan des données perdues

Une fois les flammes éteintes, c’est au tour des équipes d’OvhCloud de faire le bilan des dégâts de l’incendie qui a détruit le site de Strasbourg. La société a ainsi publié un premier tableau dressant un premier bilan provisoire des services affectés et de la possibilité ou non de récupérer les sauvegardes sur le service en question. Comme l’indique le document, ces informations ne sont pas gravées dans le marbre et ne sont que les premières évaluations réalisées par les équipes d’OvhCloud : il est tout à fait possible qu’un service indiqué comme « recuperable » ne le soit finalement pas si des complications venaient à se présenter.

La page permet d’accéder aux différentes offres proposées par OvhCloud et se divise en plusieurs « univers » : on peut ainsi accéder aux offres Web Cloud, Bare Metal, Hosted Private Cloud et Public Cloud et voir le tableau correspondant à l’état des services. Le tableau indique le nom du service, sa localisation physique dans le bâtiment, le statut du service en question, les options de sauvegardes internes mises en œuvre par Ovhcloud et l’état constaté des sauvegardes. Pour les services qui utilisent OpenStack, le tableau indique également la correspondance entre les régions OpenStack et la localisation du datacentre utilisé. Le tableau est évolutif et sera mis à jour au fil des jours.

publicité

Dans plusieurs tweets publiés en début d’après-midi par Octave Klaba, CTO et fondateur d’OvhCloud, celui-ci a indiqué que les équipes continuaient à travailler pour réactiver les services touchés par l’incendie. Il expliquait hier que 60 employés de la société étaient sur site et travaillaient à remettre en marche les systèmes. Le fondateur indique que les travaux sont en bonne voie, allant même « plus vite que prévu », mais préfère s’en tenir aux dates de remise en service annoncées la semaine dernière.

Dans un précédent tweet , Octave Klaba espérait pouvoir commencer à réactiver ses services à compter de cette semaine pour les sites SBG1 et SBG4, et à partir de vendredi pour SBG3. L’incendie ayant complètement détruit le site SBG2, aucune date de remise en service n’a pour l’instant été annoncée. Dans son dernier tweet, le fondateur faisait savoir que plusieurs serveurs des sites SBG3 et SBG1 avaient besoin d’être nettoyés après avoir été en contact avec la fumée de l’incendie, et que l’ensemble des serveurs devait être vérifié afin de détecter d’éventuelles pollutions.

Cybercriminels, les autres victimes de l’incendie

Parmi les nombreux clients affectés par l’incendie du site strasbourgeois d’OvhCloud, les cybercriminels sont une catégorie bien à part. Selon un tweet de Costin Raiu, directeur de l’équipe GreAT chez Kaspersky, l’incendie coïncide avec la disparition de 36 % des 140 serveurs de commande identifiés chez OvhCloud par la société de cybersécurité russe. Les groupes cybercriminels ne se privent pas d’utiliser les services d’OvhCloud et d’autres fournisseurs de services cloud pour héberger leurs serveurs de contrôle des logiciels malveillant. On peut assumer que ces groupes sont habitués à ce que leurs serveurs soient brutalement déconnectés par les forces de l’ordre et qu’ils disposent donc de solutions de repli pour assurer le maintien de leur infrastructure.

Leave a Reply

%d bloggers like this: