Outre-Manche, la promesse du très haut débit pour tous dès 2025 a du plomb dans l’aile

Spread the love
  • Yum

Outre-Manche, la promesse du très haut débit pour tous dès 2025 a du plomb dans l'aile

Alors qu’il promettait le très haut débit pour tous dès 2025, le gouvernement britannique est d’ores et déjà critiqué pour une « litanie » d’échecs dans ce dossier. Les autorités de contrôle britanniques, chargées de surveiller et d’enquêter sur les dépenses publiques, ont en effet accusé le Premier ministre Boris Johnson d’avoir rompu sa promesse, faite en 2019, de « turbocompresser » le pays par une « révolution du haut débit ». Pour ces autorités, une « litanie de défaillances » sur ce sujet rend désormais une telle perspective peu probable.

Pour rappel, le Premier ministre britannique a promis que les habitants du Royaume-Uni auraient accès à des services à large bande en fibre optique d’ici à 2025, afin de leur permettre de disposer de débits de l’ordre du gigabit. Pour atteindre cet objectif, 5 milliards de livres sterling (6,8 milliards de dollars) seraient alloués et investis, avait promis le dirigeant. En octobre 2020, la cour des comptes du Royaume-Uni a pourtant qualifié l’objectif de « ridiculement irréaliste », en blâmant l’exécutif pour le manque de progrès substantiels dans la réalisation de ses engagements.

Les organes de contrôle affirment que l’exécutif n’a pas réussi à faire des « progrès significatifs » dans la résolution des problèmes rencontrés par les opérateurs dans le déploiement de la connectivité gigabit, et a également reproché au gouvernement de n’avoir mis à disposition que 25 % des 5 milliards de livres sterling du fonds initialement prévus. Résultat : l’engagement de Boris Johnson devrait s’avérer « irréalisable », bien que le gouvernement ait révisé son objectif de couverture « d’au moins 85 % » de très haut débit sur le territoire d’ici 2025.

publicité

Vers une nouvelle fracture numérique ?

Les territoires ruraux seront-ils les oubliés du très haut débit à la sauce britannique ? Cela semble en prendre le chemin, comme le condamnent les autorités de contrôle britanniques, pour qui « le gouvernement échoue une fois de plus à donner la priorité aux consommateurs des zones rurales ». Et si le ministère en charge du dossier déclare qu’il a l’intention d’adopter une approche « extérieur-intérieur » en se concentrant sur les zones qui n’ont actuellement pas accès au très haut débit, cela ne suffira pas et pourrait laisser 20 % des locaux britanniques hors du plan.

Le comité recommande que le gouvernement établisse et publie un calendrier précis des étapes à franchir pour améliorer la couverture de la large bande, en ajoutant que les obstacles à la mise en œuvre, tels que les changements dans les règlements de planification et les tarifs des entreprises, doivent être identifiés et que des solutions doivent être trouvées de toute urgence. En outre, les députés affirment qu’il faut remédier aux pénuries potentielles de talents et de travailleurs qualifiés, en particulier dans les zones rurales.

« Le gouvernement ne peut pas laisser l’inégalité numérique continuer à aggraver et à exacerber l’inégalité économique qui a été si durement exposée lors de la pandémie de Covid-19. Il doit être clair sur les délais dans chaque domaine afin que les entreprises et les particuliers puissent planifier leur avenir numérique », estime Meg Hillier, une députée britannique. Un nouveau coup dur pour le gouvernement de Boris Johnson.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply

%d bloggers like this: