« On va sortir d’un cauchemar de quatre ans » : à Washington, le « grand soulagement » des supporteurs de Joe Biden – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Feu d’artifice pour fêter la victoire de Joe Biden à la présidence, sur la place « Black Lives Matter », à Washington DC, le 7 novembre.

La foule est gaie, colorée, et des danses s’improvisent dans les rues, qui bordent la Maison Blanche à Washington, samedi 7 novembre. Des drapeaux américains et arc-en-ciel flottent au rythme des sonos et des cris de joie qui, par vagues, parcourent la foule. Des bouchons de champagne sautent sous les rires et les applaudissements. « No more Trump », « Trump is fired » (Plus de Trump, Trump est viré), les slogans jubilatoires unissent les milliers de personnes, dûment masquées, qui dès l’annonce de la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle, en fin de matinée, ont convergé vers le centre politique de la capitale fédérale.

L’attente des résultats, qui, depuis mardi, jour de l’élection, a mis les nerfs à vif rend le moment plus intense encore. « J’ai pleuré en entendant l’annonce. On va sortir d’un cauchemar de quatre ans », se réjouit Tachelle Craddock, une mère de famille afro-américaine. « Trump n’était pas la bonne personne pour l’Amérique », explique la jeune femme enceinte de son deuxième fils. « Avec le départ de ce raciste, mes enfants vont pouvoir grandir dans pays où ils seront regardés comme une personne à part entière ».

Lire aussi Elections américaines 2020 en direct : Joe Biden revendique la victoire et s’engage à être « un président qui rassemble et non qui divise »
Tachelle Craddock et sa famille, à Washington, le 7 novembre.

Avec émotion, jeunes et moins jeunes témoignent d’une forme de libération après un mandat « stressant, chaotique, embarrassant ». « On en a fini avec quatre années de gêne, d’instabilité économique et sociale. Avec la victoire démocrate, l’Amérique retrouve sa majorité et sa diversité [en 2016, M. Trump n’avait pas obtenu la majorité du vote populaire] », assure Eli Levine, un jeune homme de 23 ans venu se réjouir avec un groupe d’amis.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Election américaine 2020 : Joe Biden, la victoire d’un rescapé voué à devenir pacificateur en chef

« La décence avait disparu »

« C’est un sentiment encore plus fort que lors de la victoire de Barack Obama en 2008, car cette fois on sort d’une période oppressante », explique David Wellbeloved, un gestionnaire de biens de 58 ans. Armé d’un porte-voix pour clamer sa joie, le Washingtonien raconte, photo à l’appui, avoir ouvert une bouteille de champagne dans les minutes qui ont suivi l’annonce de la victoire démocrate.

David Wellbeloved et sa compagne, à Washington, le 7 novembre.

Avec l’arrivée de M. Biden à la Maison Blanche, tous espèrent le retour de « la civilité, de l’honnêteté ». « La vérité avait disparu, la science avait disparu, la décence avait disparu. C’était l’horreur. Tout cela va revenir », espère Laurie Geller, qui éprouve « une grande joie, mêlée d’un grand soulagement ». Cette scientifique de 49 ans, spécialiste du climat, se réjouit aussi qu’à nouveau « le changement climatique soit pris au sérieux ». Pour M. Wellbeloved, l’élection de M. Biden est aussi le gage d’une méthode de gouvernement où « tous les avis seront écoutés et où les décisions seront prises en connaissance de cause ». La présence de Kamala Harris, née d’une mère indienne et d’un père jamaïcain, au côté du président élu est pour beaucoup un motif de fierté. « Elle incarne l’esprit du pays. Elle sera un modèle important pour les jeunes filles de couleur », assure Mme Geller.

Il vous reste 43.75% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

%d bloggers like this: