Une chose est sûre : le reportage de Capital (M6) diffusé hier soir ne joue pas vraiment en faveur d’Amazon. Ce dernier dévoile en effet l’intérieur de l’entrepôt de Chalon-sur-Saône, le plus petit des cinq implantés en France. Il s’agissait ici de montrer le gaspillage de la firme et d’illustrer en images la perte sèche de plus 3,2 millions d’objets manufacturés chaque année, allant des paquets de playmobil aux machines à laver. Selon la section locale de la CGT, près de 300 000 objets neufs ont été détruit sur ce petit site en 3 mois.En effet, le géant stocke énormément de produits pour le compte de ses partenaires, et ce, afin de garantir les délais de livraisons (le fameux « en stock » dans l’app). C’est en cas d’invendus qu’un problème majeur se pose : « récupérer ou détruire ». Et la seconde solution serait apparemment privilégiée car moins coûteuse…

De 26 euros le mètre cube, le tarif passe à 1 000 euros après un an. La secrétaire d’État française à la Transition écologique, Brune Poirson, s’est dite choquée par ce genre de pratique et prépare un projet de loi sur l’Économie circulaire, visant à interdire ce type de pratique. Le message est plutôt clair : les entreprises « ne pourront pas non plus rendre impropres à la consommation des produits qui pourraient être encore utilisables : pour cela, elles devront se débrouiller et trouver des solutions ».

Source