Nouveau report du retour en vol du 737 MAX, la cotation de Boeing brièvement suspendue – Les Échos

Spread the love
  • Yum

Publié le 21 janv. 2020 à 21h11Mis à jour le 21 janv. 2020 à 22h57

Le 737 MAX ne revolera pas avant l’été. Alors que des informations commençaient à filtrer sur un nouveau report à juin ou juillet de la remise en service de l’appareil, cloué au sol depuis mars dernier, Boeing a confirmé dans un communiqué ne pas s’attendre à recevoir le feu vert des autorités avant mi-2020.

« Nous sommes en train d’informer nos clients et nos sous-traitants que nous estimons actuellement que la levée de l’interdiction du 737 MAX ne commencera qu’à partir de mi-2020 », a déclaré le géant de Seattle.

Alors que l’action de l’avionneur chutait de 5,52 % à Wall Street, sa cotation a été brièvement suspendue à 14h12 à New York (20h12 heures à Paris). Elle a repris vers 14h50 et perdait toujours 3,33 % à la clôture.

Un casse-tête pour les compagnies

Selon le constructeur, ce report est dû aux risques attachés à la procédure d’approbation par les autorités de l’aviation civile et de possibles nouveaux développements dans cette crise. La FAA (agence fédérale de l’aviation) a rappelé de son côté ne pas avoir fixé de calendrier et prioriser « la sécurité ».

Cette annonce est un véritable casse-tête pour les compagnies aériennes puisqu’elles ne pourront pas compter sur le MAX en pleine saison des grands déplacements d’été. Une fois l’interdiction de vol levée, il faut au moins un à deux mois aux compagnies pour préparer les avions. American Airlines, United et Southwest avaient annulé les vols sur le MAX jusqu’à début juin, et devraient donc revoir ce calendrier.

Un nouveau problème logiciel

La communication de ce nouveau retard intervient trois jours après l’annonce par Boeing de la détection d’un nouveau problème sur le logiciel du 737 MAX. « Nous sommes en train d’effectuer les actualisations nécessaires et travaillons avec la FAA pour lui soumettre les changements », indiquait le constructeur. Evoquant un dysfonctionnement « mineur », celui-ci avait considéré que le problème n’était pas susceptible de décaler encore le retour en vol du moyen-porteur.

Boeing et la FAA sont en train d’auditer le correctif du logiciel anti-décrochage MCAS, mis en cause dans les accidents de Lion Air (189 morts) et Ethiopian Airlines (157 morts), qui ont conduit à l’immobilisation de l’appareil. Les autorités de l’aviation civile doivent ensuite déterminer la formation nécessaire aux pilotes et programmer un vol test du MAX modifié.

En décembre, l’avionneur avait annoncé la suspension de la production de l’aéronef. La facture de l’immobilisation s’élève quant à elle à 9,2 milliards de dollars et devrait encore grimper.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *