“Nous avons pris perpétuité”: Jean-Pierre Fouillot réclame “la peine maximale” pour Jonathann Daval – BFMTV

Spread the love
  • Yum

Le père d’Alexia Daval a déposé ce mercredi devant la cour d’assises de Haute-Saône. Il a a décrit la tromperie et les mensonges de Jonathann Daval qu’il considérait comme “un fils”.

“J’espère que la peine maximale te soit octroyée.” C’est par cet espoir que Jean-Pierre Fouillot a conclu sa déposition ce mercredi matin devant la cour d’assises de Haute-Saône. Un seul espoir pour le père de Jonathann Daval qui a pendant quelques dizaines de minutes raconté la vie de sa famille qui “n’est plus une vie”.

“Notre futur, il est simple nous avons pris perpétuité, a soufflé Jean-Pierre Fouillot. Ce sera le cas de Jonathann? Seul vous en déciderez. L’avenir, on pensait que ce serait aussi les petits-enfants d’Alexia et ce ne sera pas réalisable.”

La déposition de Jean-Pierre Fouillot a débuté peu avant 11 heures. Initialement programmé mardi, ce témoignage avait dû être décalé en raison d’un retard pris par la cour d’assises avec l’audition-fleuve du médecin légiste. Le père d’Alexia disait alors espérer “trouver les mots” pour évoquer sa fille.

>> Procès Daval: suivez en direct les auditions de la famille d’Alexia Daval

“C’était notre lumière”

Dès le début, Jean-Pierre Fouillot a dit sa “difficulté” à parler du meurtre d’Alexia. Il a ensuite fait la description d’une jeune femme lumineuse et d’un amour avec Jonathann qui “faisait du bien”. “Avant ce drame, le bonheur régnait dans notre famille”, confie-t-il. “Alexia était une jeune fille souriante, aimante.”

“C’était notre lumière notre joie de vivre”, poursuit Jean-Pierre Fouillot. “Malheureusement, Jonathann nous a éteint la lumière, celle du bonheur et de la sérénité. Nous sommes désormais en mode veilleuse.”

Jean-Pierre Fouillot est ensuite revenu sur ces trois mois de calvaire pendant lesquels le meurtrier d’Alexia n’a pas été arrêté. Il a décrit ces réunions le soir chez eux, auxquelles participait parfois la famille de Jonathann Daval, et pendant lesquelles ils évoquaient les différentes pistes. Ces trois mois pendant lesquels le couple Fouillot a surtout pris soin de leur gendre, craignant qu’il se suicide.

“Il pleurait avec nous tous les soirs, il avait un chagrin immense comme nous, enfin soit disant, souffle le père d’Alexia. Nous l’avons épaulé, chérit. Avant ses aveux, pendant trois mois, il s’est moqué de nous, il a usé de notre bonté.”

“Qu’on ne parle pas d’amour”

La tromperie et les mensonges de Jonathann Daval sont beaucoup revenus dans le discours de Jean-Pierre Fouillot qui a évoqué la relation filiale qu’il entretenait avec son gendre. “C’était notre gamin, il avait une place de fils pour nous”, détaille-t-il.

Il a également rappelé que Jonathann Daval les avait accusés du meurtre d’Alexia, évoquant un temps un complot familial. Une version qui les a “salis”, qui a “cassé” leur “honneur”. Le père d’Alexia Daval a assuré avoir perdu “plus qu’un gendre” lorsque ce dernier a reconnu le meurtre de la jeune femme.

“Toute l’horreur s’amplifie”, se souvient-il. “On pensait avoir atteint un sommet mais non l’horreur continuait.”

Une horreur à laquelle les parents d’Alexia, Isabelle et Jean-Pierre Fouillot n’ont pas souhaité échapper. S’ils ont quitté la salle d’audience mardi lors de la lecture du rapport d’autopsie de leur fille, ils avaient assisté en juin 2019 à la reconstitution du meurtre de leur fille. “L’un des moments les plus horribles pour moi”, insiste Jean-Pierre Fouillot, qui désormais refuse de croire en l’amour que pouvait porter Jonathann Daval à son épouse.

“Imaginez la mise à mort de ma fille”, lance-t-il dans un sanglot. “Imaginez comme c’est dur pour des parents. Elle a été étranglée 4-5 minutes c’est très long… Et aussi quand on dit qu’on a aimé une personne, foutaises! Quand je le vois pendant la reconstitution la traîner par les pieds! Imaginez la scène a ce moment là… Pendant la reconstitution, je le vois ma fille traînée dans les ronces. L’un des moments les plus horribles pour moi. Qu’on ne parle pas d’amour…”

Aujourd’hui, Jean-Pierre Fouillot a un regret, “de n’avoir rien pu déceler sur leur couple”. “Alexia ne s’était jamais confiée à nous”, assure-t-il.

Sur le même sujet

>> Daval, la série: les quatre épisodes de la série documentaire de BFMTV sont disponibles en replay et en version podcast.

Leave a Reply

%d bloggers like this: