l’essentiel Les annonces de dons affluent de toutes parts ce mardi matin pour participer à la reconstruction de Notre-Dame de Paris, ravagée par les flammes lundi soir. La société d’investissement de la famille Pinault, Artemis, promet 100 millions d’euros, la famille Arnault, propriétaire de LVMH, annonce un don de 200 millions d’euros tout comme l’Oréal et la famille Bettencourt. Mais au-delà de ces grandes fortunes françaises, c’est tout un pays qui se mobilise.

Les grandes fortunes françaises se mobilisent pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris. Le groupe l’Oréal et la famille Bettencourt annoncent, ce mardi après-midi, qu’ils vont donner 200 millions d’euros. En comptant toutes les promesses de dons depuis ce matin, un peu moins de 700 millions d’euros de promesse de dons ont été atteints.

Dans la matinée, c’est la famille Arnault qui avait décidé de s’associer à la reconstruction de l’édifice en annonçant un “don” de 200 millions d’euros. “La famille Arnault et le groupe LVMH, solidaires de cette tragédie nationale, s’associent à la reconstruction de cette extraordinaire cathédrale, symbole de la France, de son patrimoine et de son unité”, écrivent-ils dans un communiqué. 

C’est  le président de la holding familiale et du groupe de luxe Kering François-Henri Pinault qui a été le premier à se mobiliser en annonçant le versement de 100 millions d’euros. “Cette tragédie frappe tous les Français et bien au-delà tous ceux qui sont attachés aux valeurs spirituelles. Face à un tel drame, chacun souhaite redonner vie au plus vite à ce joyau de notre patrimoine”, a écrit François-Henri Pinault, lundi soir. “Mon père (François Pinault, NDLR) et moi-même avons décidé de débloquer dès à présent sur les fonds d’Artemis une somme de 100 millions d’euros pour participer à l’effort qui sera nécessaire à la reconstruction complète de Notre Dame”, conclut-il.

Le groupe Total a, lui aussi, décidé de débloquer 100 millions d’euros. “Très touchés” par l’incendie, Martin et Olivier Bouygues ont annoncé se mobiliser “à titre personnel” avec un don de 10 millions d’euros via leur holding familiale, SCDM. Le milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière, qui contrôle la société d’investissement Fimalac, a lui aussi débloqué 10 millions d’euros, “pour la restauration de la flèche, symbole de la cathédrale”, tombée dans l’incendie de lundi. Le géant français de l’affichage publicitaire JCDecaux a lui promis 20 millions d’euros ainsi qu’une “visibilité nationale et internationale” aux appels à la souscription grâce à ses emplacements publicitaires.  

Les banques ont aussi mis la main à la poche: le groupe BPCE et la Société Générale ont promis chacun 10 millions d’euros et Crédit Agricole, via sa fondation, a annoncé un don de 5 millions d’euros pour les mesures de sauvegarde d’urgence de Notre-Dame de Paris.   
 

De nombreux dons encouragés par une fiscalité avantageuse en France. Actuellement, la loi Aillagon de 2003 permet aux entreprises qui investissent dans la culture de déduire 60% de leurs dépenses en faveur du mécénat (66% de réduction d’impôt sur le revenu pour les particuliers), avec la possibilité de bénéficier d’un échelonnement de l’avantage fiscal sur cinq ans, dans une limite de 25% du don. Cette réduction fiscale, appliquée dans la limite de 5 pour mille du chiffre d’affaires annuel, peut même atteindre 90% lorsqu’il concerne l’achat de biens culturels considérés comme des “trésors nationaux” ou présentant “un intérêt majeur pour le patrimoine national”. La remise est alors appliquée dans la limite de 50% de l’impôt dû par l’entreprise. 

Appels au dons et cagnottes dans le monde

Une “collecte nationale” a d’ailleurs été lancée par la Fondation du Patrimoine pour le bâtiment partiellement ravagé par les flammes lundi soir. Cette “collecte nationale” sera ouverte dès mardi 16 avril. “Cette collecte sera accessible le mardi 16 avril sur le site de la Fondation du Patrimoine. Aucun frais ne sera prélevé”. A 15 heures mardi, les dons atteignaient déjà la somme de 3,3 millions d’euros.

Alors que les cagnottes fleurissent déjà sur Internet, tout comme les appels aux dons, le président de la République a lui aussi annoncé le soutien de l’Etat pour la reconstruction de l’édifice. Dans le même temps, le président de la Conférence des évêques de France (CEF), Eric de Moulins-Beaufort a estimé que “des années de travaux” vont être nécessaires pour reconstruire la cathédrale Notre-Dame. “On va être partis pour des années de travaux”, a ainsi écrit sur son compte twitter le président récemment élu.

Audrey Azoulay, la directrice Générale de l’Unesco, l’organisation des Nations Unies pour la culture, a déclaré que l’organisation se tient aux “côtés de la France pour sauvegarder et réhabiliter ce patrimoine inestimable” qu’est la cathédrale Notre-Dame. L’Unesco a promis de coordonner l’élan de solidarité mondial.

Pour favoriser l’afflux de dons, d’autres vont plus loin encore, comme l’ancien ministre de la Culture Jean-Jacques Aillagon, et aujourd’hui directeur général de la collection Pinault, suggèrant que l’Etat permette que les dons qui seront versés bénéficient d’une réduction d’impôt de 90 %. « Il faut que l’État fasse rapidement voter une loi faisant de Notre Dame un ‘Trésor national’ afin que les dons versés pour sa reconstruction bénéficient de la réduction d’impôt de 90 % prévue dans ce cas par la loi de 2003 sur le mécénat”, a-t-il déclaré. 

Sur Internet, les cagnottes fleurissent sur des plateformes comme Leetchi par exemple. Si la prudence reste de mise (il vaut mieux faire un don aux collectes officielles comme la Fondation du patrimoine), cela traduit une volonté de participation à grande échelle. Spécialisée dans le financement participatif pour le patrimoine et l’art, le site Dartagnans a également récolté plus de 50 000 euros grâce à sa campagne “Notre-Dame de Paris, je t’aime“. La French Heritage Society, basée à New-York, a aussi lancé une campagne de collecte de fond.

La région Ile-de-France débloque 10 millions d’euros, la mairie de Paris 50 millions d’euros

La région Ile-de-France va débloquer 10 millions d’euros d'”aide d’urgence pour aider l’archevêché à faire les premiers travaux” de reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, ravagée lundi par un gigantesque incendie, a annoncé mardi Valérie Pécresse. 

“Cette reconstruction, qui va évidemment coûter très cher, va mobiliser tout un pays, les meilleurs architectes, les meilleurs artisans de France, peut-être du monde; nous allons nous y atteler dès maintenant”, a déclaré la présidente de région sur Radio Classique.

La maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé une contribution à hauteur de 50 millions d’euros de la Ville pour la restauration de la cathédrale de Notre-Dame de Paris. 

Plusieurs oeuvres ont été transférées à l’Hôtel de Ville, dans la salle Saint-Jean, où se tiennent habituellement les expositions, a précisé la maire. La maire socialiste avait auparavant annoncé son souhait d’organiser “une grande conférence internationale des donateurs”, avec “des mécènes du monde entier afin de lever les fonds nécessaires à la restauration”.

L’Occitanie se mobilise aussi

La présidente de la région Occitanie Carole Delga a également déclaré vouloir proposer aux élu(e)s de la Région le vote d’une aide exceptionnelle de 1,5 millions d’euros pour la reconstruction.

“Il n’y a pas de mot pour décrire l’émotion que chacun ressent face aux images de la Cathédrale Notre-Dame dévastée par l’incendie. Cette Cathédrale représente un symbole pour des millions de femmes et d’hommes qui cherchent un point de repère, un lieu d’accueil, une vigie, une rencontre.

C’est pourquoi, je soumettrai dès cette semaine, lors de notre commission permanente du 19 avril aux Conseillers régionaux d’Occitanie le vote d’une aide conséquente pour la reconstruction de l’édifice”, a déclaré dans un communiqué la présidente de la région.

De son côté, le président du conseil départemental de Haute-Garonne Georges Méric a annoncé que le Département participerait aussi à cet effort en débloquant 1 million d’euros. “Hier soir, nous avons été tous bouleversés par le drame de l’incendie de Notre-Dame de Paris. Notre-Dame est un lieu sacralisé pour les croyants, la marque d’une civilisation pour d’autres. Elle est un symbole universel, elle parle à chacun d’entre nous. Lieu emblématique de Paris et de la France, Notre-Dame fait partie intégrante de l’Histoire de notre pays. Ce chef d’œuvre de l’art gothique attire les visiteurs du monde entier. Dès aujourd’hui, nous devons penser à l’avenir et à la nécessaire reconstruction pour que Notre-Dame surplombe à nouveau fièrement les toits de Paris” a déclaré Georges Méric.

Même chose pour la Mairie de Toulouse et la Métropole : Jean-Luc Moudenc va proposer une aide de 500 000 € pour Notre-Dame au vote du conseil municipal du 14 juin et de la même somme au conseil de Toulouse Métropole du 27 juin, soit un million au total.

Le foot français va aussi se “mobiliser financièrement”

La présidente de la Ligue de football professionnel (LFP) Nathalie Boy de la Tour a promis mardi que le football français allait “se mobiliser pour pouvoir aider financièrement à la reconstruction” de la cathédrale Notre-Dame, ravagée la veille par un gigantesque incendie. 

“Le monde du football (français) se mobilisera pour pouvoir aider financièrement à la reconstruction de cette cathédrale” qui “fait partie de notre patrimoine”, a assuré la patronne du football français à l’occasion de la présentation d’un partenariat avec l’ONG environnementale WWF France, sans préciser de montant. “C’est une aide que nous allons coordonner avec l’ensemble des acteurs du football” français, a-t-elle expliqué. 

“Nous seront solidaires dans ce drame qui nous touche tous”, a ajouté Boy de la Tour. “Ca nous a beaucoup touchés.”