Le point sur l’enquête : une quarantaine d’enquêteurs de la Crim’ mobilisés

Une dizaine d’auditions ont été réalisées depuis hier soir. Une quarantaine d’enquêteurs de la Crim’ sont mobilisés exclusivement pour cette enquête, soit presque la moitié des effectifs du service. Ce sont les policiers chargés plus spécifiquement des affaires de droit commun qui sont sur le pont. Le reste des effectifs, davantage spécialisés en matière de terrorisme, reste en réserve. “Mais on peut monter en gamme si nécessaire”, précise une source policière. Une dizaine d’enquêteurs de l’identité judiciaire sont par ailleurs mobilisés. 

Pour les constatations, la police judiciaire pourraient avoir recours à des drônes si nécessaire. “On ne se refusera rien sur le sujet”, ajoute-t-on de même source. Le but, faciliter au maximum le travail des très nombreux experts qui devraient être appelés en renfort, qu’ils soient spécialistes de la résistance des matériaux, ou de l’analyse des départs de feu. Etant donné l’importante taille de l’incendie, les enquêteurs vont devoir travailler de façon très méthodique, par sectorisation. 

L’objectif de la Crim’, à ce stade, est de parvenir à établir d’éventuelles responsabilités, manquements ou négligences. La chaîne de déclenchement de l’alarme incendie, notamment, va devoir être remontée, afin de comprendre comment elle s’est mise en place.Une fois identifiés, tous les prestataires devraient aussi être entendu un à un, ainsi que les responsables et administrateurs de la cathédrale.