Quasiment 2 mois jour pour jour après l’incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris, événement qui avait bouleversé le monde entier, seuls 9% des promesses de dons faites par des entreprises et des privés ont été versées.

Comme le rapporte franceinfo, cette somme s’élève à environ 80 millions d’euros sur les 850 millions promis, sous formes de chèques, de virements et d’espèces. Si l’incendie avait généré un élan de générosité sans précédent, il semblerait que certains donateurs aient renoncé, certains temporairement, à effectuer un don pour la reconstruction de la Cathédrale.

Parmi ces 850 millions de dons, ce sont 650 millions qui ont été promis à trois fondations dont la Fondation de France, la Fondation pour le patrimoine, la Fondation Notre-Dame et le Centre des monuments nationaux, tandis que les 200 derniers millions ont été directement promis à l’Etat.

Certains temporisent, d’autres renoncent

Les grandes fortunes françaises telles que la famille Arnault (groupe LVMH) où la famille Pinault (groupe Kering), ont décidé d’envoyer cet argent au fur et à mesure pour éviter que l’argent ne soit placé puis fructifié avant que les travaux n’aient commencé. Le don estimé par ces deux familles s’élève à 300 millions d’euros.

Les grandes entreprises et les collectivités souhaitent d’abord élaborer des conventions sur l’affectation des sommes importantes qu’elles verseront, a-t-on appris auprès du ministère. “D’abord il peut y avoir des gens qui promettent de donner mais qui in fine ne le font pas […] Mais il y a surtout, et ça c’est normal, que les dons vont être donnés progressivement en fonction de l’avancée des travaux“, a fait savoir Frank Riester, ministre de la Culture, auprès de France 2.

Certaines communes et particuliers ont également annoncé renoncer à faire un don vu le succès colossal de cette levée de fonds.

Des conventions sont en train d’être travaillés notamment avec les gros donateurs, avec les trois fondations” (Fondation du patrimoine, Fondation Notre-Dame, Fondation de France) et l’institution (le Centre des Monuments nationaux) qui sont les quatre institutions choisies pour faire partie de cette grande collecte nationale“, a expliqué Frank Riester.

L’enquête et les travaux continuent

Le ministre de la solidarité a souligné à nouveau que “l’élan de générosité doit continuer“, et que “les dons sont évidemment toujours les bienvenus“. La Fondation du patrimoine avait interrompu le mois dernier sa collecte et Frank Riester avait regretté cette décision “unilatérale“, alors que la somme finale de ce qui entrera dans les caisses n’est pas connue.

Notre-Dame, a-t-il prévenu, est encore dans une situation fragile notamment au niveau de la voûte qui n’a pas encore été sécurisée” et qui “peut toujours s’écrouler“.

Ces travaux de sécurisation pourraient prendre encore des semaines, avant le lancement des expertises longues et complexes pour les travaux de rénovation.

L’enquête judiciaire se poursuit par ailleurs, sans qu’on connaisse les causes du sinistre. Par ailleurs, une première messe doit être célébrée samedi en petit comité dans une chapelle de la cathédrale par l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, deux mois après l’incendie.

Newsletter info
Recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité.
OK