Que l’on soit familier de Diablo III ou que ce portage sur Switch soit l’occasion de découvrir le jeu, on ne peut pas nier que le plaisir est là dès le titre lancé sur la console de Nintendo. Seul ou à plusieurs — jusqu’à 4 joueurs — le royaume de Khanduras nous happe, à travers une campagne en cinq actes ponctuée de rebondissements scénaristiques, et surtout de carnages massifs de créatures en tout genre. Toujours aussi brutal et dynamique, le titre de Blizzard n’a pas perdu de sa superbe depuis sa sortie du PC en 2012. Mieux encore : il s’est étoffé de contenus, notamment du système de saisons, d’une extension et d’un DLC, apportant nouveau contenu et nouvelles classes jouables.

L’expérience proposée sur Switch comprend tout cela. Cette édition, nommée The Eternal Collection, porte plutôt bien son nom : tout y est inclus de base. On peut donc choisir de découvrir la campagne dans le mode « base », corser la difficulté, se créer un héros saisonnier ou encore jouer avec le Necromancien ou encore le Croisé, qui ont été ajoutés plus tard dans le jeu. Une proposition très complète, qui se devait d’être accompagnée d’un gameplay au top.

Un bel héritage

Pour l’interface de cette version Switch, Blizzard n’a pas réinventé la roue, et c’est le cas de le dire : l’interface est très largement la même que celles proposées sur les versions PS4 et Xbox One du jeu, sorties en 2014. L’inventaire s’explore sous la forme d’une roue et de sous-menus permettant d’accéder aux sorts et à l’équipement. En cours de jeu, on peut activer six raccourcis permettant d’activer des sorts et actions à l’aide de la manette.

Sur ce point, Blizzard a dû ruser pour faire rentrer toutes les commandes sur une demi-Joy Con. On ne saurait recommander d’opter pour une manette Pro pour jouer à deux, le premier joueur pouvant ainsi s’en équiper alors que le second dispose alors d’un duo de Joy Con, ce qui apporte davantage de maniabilité. Comme il est possible de jouer à quatre sur la même console, il faut disposer de pas mal de matériel pour en profiter. Par ailleurs, d’autres joueurs disposant du jeu peuvent venir se greffer en local avec leur propre Switch, pour une expérience plus riche et plus complète.

Pour jouer en ligne, il faut, par contre, s’acquitter de l’abonnement à Nintendo Online, désormais proposé à 20 euros par an. Si vous êtes un acharné de Diablo III, cela les vaut. Si vous êtes plutôt un joueur casual, ça n’est peut-être pas nécessaire de payer juste pour ça.

Techniquement très efficace

Aidé par le studio Iron Galaxy, qui a notamment réalisé le très bon portage de Skyrim sur Switch, Blizzard a mis toutes les chances de son côté pour proposer une expérience de jeu adaptée à la console de Nintendo. Le jeu est d’une fluidité exemplaire, y compris lorsque des dizaines d’ennemis viennent nous attaquer à l’écran : les baisses de framerate sont rarissimes. Le jeu tourne comme un charme à 60 fps.

Mais pour en arriver là, le studio a dû réduire la définition du jeu, qui ne dépasse pas les 720 p en mode nomade, et les 960 p sur téléviseur. Les textures ont été downgradées, de même que les effets des sorts. L’environnement est également légèrement flou aux abords de l’action, pour focaliser les performances de la console sur les combats, notamment.

Pour autant, cela n’empêche en rien de profiter du jeu, qui s’avère malgré tout agréable à l’heure. Choisir de se focaliser sur la fluidité de Diablo III, quitte à réduire un peu la qualité des graphismes, était assurément un choix judicieux. L’expérience s’avère tout à fait satisfaisante dans son ensemble.

Diablo III

Plaisir et patience à plusieurs

Dans cet océan de points positifs, on regrettera surtout deux choses : une maniabilité compliquée lorsqu’on se contente d’un demi-Joy Con pour jouer, et des mécaniques de jeu qui nécessitent de faire de nombreux aller-retour dans les menus pour décortiquer les nombreux loots récupérés au fil des combats. Quand on joue seul, pas de souci. À deux, c’est déjà plus compliqué, car le menu prend tout l’écran et l’action est donc coupée parfois plusieurs minutes. À quatre, cela devient vite l’enfer quand tout le monde, à tour de rôle, veut changer son stuff ou ses compétences.

Malheureusement, le jeu n’y peut pas grand-chose et ces mécaniques sont imposées par le fait que l’on joue à plusieurs sur un seul et même écran. La patience est donc de mise lorsqu’on joue à plusieurs sur un seul téléviseur : mieux vaut être prévenus !

C’est donc un portage réussi que nous offre Blizzard avec ce Diablo III sur Switch. Le jeu s’adapte à tous les joueurs, tous les niveaux et styles de jeu, ce qui en fait un titre quasiment indispensable sur la console de Nintendo. Il est disponible depuis le 2 novembre.