C’est une initiative plutôt originale que Jonathan Link a poursuivi avec Souvenirs.Partant du délai désormais révolu du développement des photos, il s’est demandé comment retrouver cette petite latence de l’argentique, entre le dépôt de la pellicule et la découverte en décalé des photos. Il regrettait le côté instantané du numérique, la photo étant devenue un bien de consommation comme un autre.

Partant de ce postulat, il a voulu faire « retrouver le sentiment d’excitation et de curiosité que nous avions à l’époque où nous étions contraint d’aller au magasin de photos, parfois plusieurs semaines ou mois après la capture des images, pour en découvrir le résultat ».

En pratique, l’application rend le viseur de l’appareil photo, systématiquement noir, et ce, pour éviter de se rappeler trop de détails de la scène. La photo -elle- ne sera visible qu’après plusieurs semaines (histoire de retrouver le temps de développement aléatoire + le passage chez le photographe). De courtes vidéos allant jusqu’à 7 secondes peuvent aussi être enregistrées. Des achats in-App permettent de réduire ce temps (c’est dommage qu’on ne puisse pas le paramétrer à moindre coût mais d’un autre coté, le but de l’application c’est d’attendre justement).

L’application est gratuite et à essayer lors d’un voyage (en plus des photos classiques) pour avoir le plaisir de recevoir des images presqu’oubliées, plusieurs semaines après le retour à la maison.