Municipales 2020 : les points chauds du second tour dans la région – LaDepeche.fr

Spread the love
  • Yum

l’essentiel Alliances, fusions, frictions, deux mois et demi après le premier tour des élections municipales, on connaît maintenant les affiches du second tour dans toutes les villes de la région.

Les candidats devaient déposer leur liste avant 18 heures mardi s’ils voulaient participer au scrutin prévu le dimanche 28 juin. Tour d’horizon dans les 10 départements de notre zone où de nombreux duels, triangulaires voire quadrangulaires vont avoir lieu. La campagne électorale, perturbée par l’épidémie de coronavirus, peut maintenant commencer.

Haute-Garonne

Toulouse, ville verte ?

Avec le retrait de Nadia Pellefigue, la candidate soutenue par le PS, le PC et le PRG, qui a laissé ses colistiers faire alliance, sans elle, avec la liste Archipel Citoyen, conduite par l’écologiste Antoine Maurice, c’est un duel serré qui s’annonce à Toulouse entre la gauche et le maire sortant Jean-Luc Moudenc (LR, LERM), arrivé en tête au premier tour avec 36,19, % des voix. La Ville rose va-t-elle être emportée par la vague verte ? Suspense assuré.

Gers

Suspense à Condom

Elle ne sera pas la seule du département mais la triangulaire qui se jouera à Condom est sans doute la plus indécise du Gers. La députée Gisèle Biémouret a viré en tête au premier tour (35,6 %) mais ses challengers, Jean-François Rousse (32,6 %) et Cécile Laurent (31 ; 9 %) ne sont pas distancés. La participation au premier tour (52,7 %) très en deçà des habitudes de la ville et la centaine de voix perdues en votes nuls compliquent tout pronostic.

Lot-et-Garonne

Villeneuve : 2 voix décisives

Deux petites voix du premier tour sont en train de faire toute la différence à Villeneuve-sur-Lot. Elles ont permis à la liste citoyenne de Thomas Bouyssonnie (1 302 voix) de devancer celle du maire sortant PS Patrick Cassany (1 300 voix). Du coup, les deux listes de gauche se maintiennent, ce qui fait les affaires du candidat de droite et du centre, Guillaume Lepers, arrivé en tête au premier tour avec 35,37 % le 15 mars. Reste l’inconnue abstention, qui était à 61 % au 1er tour !

Tarn-et-Garonne

Chaud, à l’ouest

Une fois n’est pas coutume, les regards ne sont pas tournés vers Montauban, dans le Tarn-et-Garonne. On regardera plutôt vers l’ouest. Moissac pourrait être la première ville à basculer vers le RN avec Romain Lopez, qui a failli l’emporter dès le premier tour. Mais Estelle Hemmami (divers gauche) peut profiter du retrait des autres listes. Situation instable aussi à Castelsarrasin avec une triangulaire…

Lot

Quadrangulaire à Figeac

La campagne a repris ses droits dans la sous-préfecture lotoise où le maire sortant André Mellinger, (Union de la gauche), a remporté avec plus de 40 % des voix le premier tour face à quatre autres listes. Trois d’entre elles ont obtenu plus de 10 % et ont donc pu se maintenir pour le second tour. Malgré une tentative menée par le challenger Philippe Landrein (sans étiquette), aucun rapprochement n’a pu être conclu.

Aveyron

Trois triangulaires

Avec 46,86 % des voix, lors du premier tour à Rodez, Christian Teyssèdre est en position de force pour briguer un troisième mandat. Il sera opposé dans une triangulaire à Matthieu Lebrun (Rodez citoyen – 24,61 %) et Serge Julien (LR – 20,20 %.) Deux autres triangulaires se profilent pour les maires sortants de Millau, Christophe Saint-Pierre, et Alain Fauconnier, de Saint-Affrique, tous deux arrivés en tête au soir du premier tour.

Tarn

Triangulaire à Albi

Cinq listes pouvaient se maintenir pour le second tour. Finalement, elles ne seront que trois. Muriel Roques-Etienne (LREM) créditée de 14,69 % des voix au premier tour a jeté l’éponge à la surprise générale. Hier, le collectif d’union de la gauche (PS, PC, PRG, insoumis, 22,02 % des voix) et les écolos d’EEVL (13,22 %) ont fusionné. Ils feront face à la maire sortante Stéphanie Guiraud-Chaumeil (39,10 %) et au Rassemblement national (10,97 %).

Hautes-Pyrénées

Serré à Lourdes et Bagnères

à Lourdes, la maire sortante, Josette Bourdeu (dvg), 3e, jette l’éponge. Sylvain Peretto conduira une liste commune avec trois autres candidats du premier tour face à Thierry Lavit. à Bagnères, il y aura une triangulaire entre le maire sortant, Claude Cazabat, face au candidat de gauche, Sébastien Lacrampe, et François Roux qui fusionne avec Julien Robbé, mais la surprise vient de l’absence du député et ancien maire Jean-Bernard Sempastous dans cette équipe.

Ariège

A Pamiers, tous contre Trigano

À Pamiers, rien n’est encore joué. André Trigano, qui brigue un 5e mandat, sera opposé à 2 listes, issues de la fusion des 4 autres listes présentes au 1er tour. S’il est arrivé en tête du scrutin (28,17 %), le maire sortant est désormais talonné. Incertitude aussi à Saint-Girons, que le président de la communauté de communes compte bien ravir au PS. À Laroque-d’Olmes, 3e point chaud, c’est Patrick Laffont qui va devoir défendre son titre face à deux listes.

Aude

“Seuls contre tous”

Comme le FN avant lui, le RN se retrouve souvent à prendre la posture du “seul contre tous”. Ainsi, à Carcassonne et Limoux, Edgar Montagné et Julien Rancoule feront cavaliers seuls pour ce second tour. En début de semaine, l’un taclait les candidats au fauteuil de maire de la préfecture encore en lice (et les autres), son homologue limouxin déplorant l’échec de la fusion des trois listes d’opposition dans la cité blanquetière, et en profitant pour se positionner. Reste que sans alliances…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *