Un mouvement de panique parmi des centaines de jeunes réunis pour un concert de rap dans une discothèque à Corinaldo, près d’Ancône (Italie), a fait six morts et des dizaines de blessés dans la nuit de vendredi à samedi.

Un spray urticant en cause?

“Peut-être à cause de la dispersion d’une substance urticante, les jeunes ont fui en se marchant les uns sur les autres. Malheureusement, six sont décédés et il y a des dizaines de blessés”, ont annoncé les pompiers italiens sur Twitter.

Selon les médias, le drame s’est déroulé vers une heure du matin, et il y a plus d’une centaine de blessés, dont 12 dans un état grave. Les six personnes décédées sont cinq mineurs (trois filles et deux garçons) et une adulte, une femme qui avait voulu accompagner sa fille au concert.

Il y avait environ un millier de personnes, beaucoup très jeunes, dans la discothèque Lanterna Azzurra (Lanterne bleue), située en pleine campagne dans cette zone proche de la côte adriatique, dans le centre de l’Italie.

“Une odeur âcre”

Elles étaient venues écouter un concert de Sfera Ebbasta, un rappeur très populaire parmi les jeunes, surnommé le «roi de la trap».

“Nous étions en train de danser en attendant que le concert commence quand nous avons senti une odeur âcre”, a raconté à des médias un jeune blessé de 16 ans, transporté dans un état confus vers un hôpital d’Ancône.

“Nous avons couru vers une des sorties de secours mais nous l’avons trouvée bloquée, les videurs nous disaient de rentrer”.

Selon plusieurs témoignages recueillis par des médias, la foule s’est reportée vers un petit mur, du haut duquel des dizaines de personnes sont tombées. Ceux qui se sont trouvés en-dessous sont morts écrasés.

Huit personnes arrêtées

Les blessés, qui souffrent de traumatismes et de lésions, ont été transportés à l’hôpital le plus proche, à Senigallia, d’où les plus graves ont ensuite été envoyés à Ancône.

Outre les équipes de secours, des enquêteurs sont arrivés sur les lieux pour tenter de déterminer les causes du drame, qui semble avoir été provoqué par l’utilisation d’un spray urticant.

Huit personnes ont été arrêtées dans le cadre de l’enquête, soupçonnées d’avoir provoqué la bousculade en dispersant un spray irritant sur la foule rassemblée sur la place.

Le groupe, qui aurait utilisé ce procédé afin de dérober des objets de valeur à des spectateurs, serait impliqué dans plusieurs délits similaires commis lors d’autres rassemblements en plein air.