Mort de Victorine : l’accident écarté, on en sait plus sur les causes du décès – Linternaute.com

Spread the love
  • Yum

Mort de Victorine : l'accident écarté, on en sait plus sur les causes du décès La mort de Victorine Dartois, en Isère, n’est pas accidentelle. L’autopsie du corps de la jeune femme retrouvée à proximité d’un étang à Villefontaine a révélé l’intervention d’un tiers dans son décès.

L’essentiel

  • Trois jours après la découverte du corps sans vie de Victorine Dartois, 18 ans, on en sait davantage sur les circonstances de sa mort. L’information principale est qu’il ne s’agit pas d’un accident, alors que la jeune femme avait été retrouvée à proximité d’un étang à Villefontaine, en Isère. L’intervention d’un tiers a été prouvée par l’autopsie, réalisée ce mercredi. Elle montre la présence de multiples ecchymoses internes sur le corps de Victorine, qui a succombé par noyade. Aucune trace de violences sexuelles n’a été relevée par l’expertise du médecin-légiste, même s’il n’est “pas pour autant possible à ce stade de l’enquête d’écarter cette hypothèse”, a précisé Boris Duffau, procureur adjoint de la République de Grenoble. Afin de respecter “le secret et l’efficacité” de l’enquête, les autres informations ne seront pas communiquées selon le magistrat. L’heure du décès n’est pas non plus transmise par ce dernier. Les enquêteurs doivent encore reconstituer le parcours de Victorine à partir du moment où elle quitte ses amis samedi soir. 47 d’entre eux sont actuellement mobilisés “pour effectuer notamment une enquête de voisinage et entendre tout témoin utile”.
  • La mort de Victorine reste pour autant un mystère, alors qu’aucun suspect n’a été publiquement reconnu. “Personne ne lui connaissait de contentieux” et pour l’entourage de la jeune fille, c’est “l’incompréhension”, a indiqué Me Kelly Monteiro. “La famille de Victorine est détruite. elle essaye de tenir le coup mais elle a besoin d’être soutenue, épaulée dans cette épreuve”, a déclaré l’avocate de la famille de Victorine. Pour rappel, l’étudiante en BTS avait disparu depuis samedi, vers 19 heures, alors qu’elle rentrait d’un centre commercial à pied après avoir raté son bus.
  • Les proches de Victorine organisent une marche blanche dimanche prochain, à 14h30 à Villefontaine. La sœur aînée de la jeune femme, Romane, a annoncé l’événement sur sa page Facebook

Les dernières infos en direct

12:34 – Des messes sont organisées en sa mémoire

Victorine était une jeune femme très investie dans la paroisse de Villefontaine. Ancienne guide d’Europe, les pères Cyrille et Simon faisaient l’éloge de Victorine au Dauphiné libéré. C’était “une fille souriante, dynamique. C’était la première à nous faire rire avec les sketchs qu’elle et ses amis mettaient en scène avant la messe pour résumer l’Évangile du jour” expriment-ils. Sur le site de la paroisse catholique Saint-Paul-des-4-Vents, des propositions ont été inscrites pour aider les proches et les personnes touchées par ce drame. “L’adoration eucharistique sera possible chaque soir de 20h à 21h au Centre Saint-Paul à Villefontaine, à partir du 29 septembre” est-il mentionné. La prière à domicile, la participation aux cagnottes ainsi que le registre de doléances sont aussi évoqués.

11:58 – Alexandre, un ami de Victorine : “on se sent coupable”

Alexandre, un ami de Victorine âgé de 18 ans, a témoigné au micro de RMC. Le jeune homme avait passé la journée en compagnie de l’étudiante en BTS dans un centre commercial de Villefontaine avec deux autres amis. Ils ont quitté les lieux aux alentours de 18 heures. Victorine avait par la suite raté son bus, ce qui la poussa à rentrer à pied par le chemin mal éclairé. Alexandre l’a vue pour la dernière fois à ce moment-là, et ne peut s’empêcher de s’en vouloir. “On s’est rendu compte que Victorine avait loupé son bus. Le suivant était dans 37 minutes donc on a proposé d’attendre avec elle parce qu’il était tard ou de la raccompagner pour que ce soit plus sécurisant. Elle nous a répondu que ce n’était pas la peine, qu’elle rentrerait à pied seule, qu’elle avait l’habitude. Elle partait dans un bon état d’esprit tranquillement, je n’ai pas vu de problème en elle. On a respecté son choix et on n’aurait peut-être pas dû. On se sent coupable, ça fait mal. Sur le moment on ne pensait pas que ça arriverait. J’aimerai savoir ce qu’il s’est passé, avoir la vérité, c’est ce qui peut être m’apaiserait”, déclare le jeune homme.

11:24 – “La famille a enfin une réponse”

Les résultats de l’autopsie ont permis de savoir que c’est l’intervention d’une tierce personne qui avait causé la mort de la victime. “Des ecchymoses ont été découvertes sur le corps de Victorine, ce qui a permis au médecin légiste de pouvoir accepter cette thèse de l’intervention d’un tiers dans cette noyade”, a précisé l’avocate des Dartois à RTL, Kelly Monteiro. Les réactions de la famille de Victorine à la suite de cette révélation ont été évoquées par la juriste. “La famille a reçu cette nouvelle de manières différentes : des pleurs, des cris. On a eu comme un soulagement, si le terme peut paraître approprié, dans le sens où la famille a enfin une réponse”, a ajouté Kelly Monteiro.

10:59 – Une cellule d’écoute mise en place dans la commune

La mort de la jeune Victorine, âgée de 18 ans, a profondément choqué les habitants de Villefontaine. La page Facebook officielle de la commune ainsi que celle du maire Patrick Nicole-Williams, ont publié une affiche qui indique aux Villards qu’une cellule d’écoute et de soutien psychologique a été mise en place par la mairie. Les élèves et membres du personnel du lycée Léonard de Vinci peuvent s’adresser à une psychologue et à une infirmière en semaine.

10:29 – Une habitante de Villefontaine intime au maire de s’occuper du chemin emprunté par Victorine

À la suite de ce tragique événement, Séverine, la mère de l’une des meilleures amies de Victorine, a exprimé sa colère et son inquiétude au micro de RMC ce jeudi matin. “C’est gratuit. Maintenant il y a des gens qui noient, comme ça. On s’inquiète, on est en danger on est plus à l’abri de rien on va où. Nos enfants sont en danger” déclare-t-elle. Afin qu’un drame identique ne se produise pas, la mère de famille enjoint au maire de la commune, Patrick Nicole-Williams, à agir. “J’en appelle au maire pour qu’il fasse quelque chose, il faut mettre de la lumière et des caméras sur ce chemin. Il faut le faire maintenant, pour Victorine, pour sa famille et tous ceux qui ne sont pas à l’abri qu’il arrive une deuxième fois la même chose” ajoute Séverine. Le chemin emprunté par la victime avait par ailleurs été surnommé le “coupe-gorge”, le 29 septembre dernier, par une habitante du quartier des Fougères.

09:50 – La soeur de Victorine remercie les participants aux cagnottes

Alors que plusieurs cagnottes ont été mises en lignes pour soutenir la famille de Victorine, la soeur de cette dernière a remercié tous les participants sur Facebook. “Je reçois beaucoup de messages de vous tous me demandant comment participer aux cagnottes mises en place. On vous remercie surtout pour vos pensées et vos prières Votre soutien est précieux”, écrit-elle sur son compte.

09:38 – Des cagnottes mises en ligne

Des cagnottes de soutien ont été mises en ligne à destination de la famille de Victorine. L’une d’entre elles, celle des familles de la paroisse de Villefontaine, atteint actuellement la somme de 7 000 euros. “Parce que Victorine était une jeune fille que nous connaissions, que nous aimions. Parce qu’elle est partie si tôt et dans des circonstances si douloureuses. Parce que ses parents, son frère et ses sœurs nous sont chers et qu’ils apprécieront toute l’aide que nous pouvons leur offrir”, lit-on sur la page d’accueil d’appel aux dons. Une autre cagnotte mise en ligne sur la plateforme Leetchi, atteint pour l’heure 6 000 euros.

En savoir plus

Victorine Dartois, une lycéenne de 18 ans manifestement sans histoire, a disparu samedi 26 septembre, à Villefontaine, en Isère, vers 19h. La jeune femme avait quitté son domicile pour faire quelques courses et comptait rejoindre sa sœur en fin d’après-midi. Les éléments sur sa disparition sont minces. “Elle avait pris un premier bus jusqu’au rond-point situé près du stade. À cet endroit, elle a raté un second bus pour remonter chez elle, dans le quartier des Fougères, sur les hauteurs de Villefontaine”, a raconté sa mère au Parisien. “Elle a appelé sa sœur Perrine pour lui dire qu’elle irait avec elle à la foire de Bourgoin-Jallieu, qu’elle remontait à pied, qu’elle en avait à peine pour un quart d’heure. Elle a l’habitude de ce chemin. Mais elle n’est jamais arrivée”, a-t-elle ajouté. Lors de son dernier coup de téléphone, Victorine avait confié à sa famille qu’elle n’avait presque plus de batterie. “Il n’y avait pas de malaise ; elle n’avait pas eu de problème dans sa journée. Ça ne ressemble pas à une fugue”, a fait savoir la procureure de la République en relayant les premiers éléments de l’enquête à la presse. La famille a donné l’alerte à la police vers 21h30.

La procureure de la République de Vienne, Audrey Quey, a fait savoir lors d’une conférence de presse lundi 28 septembre que le corps de Victorine avait été retrouvé “immergé dans un ruisseau”, sur la commune de Villefontaine, située à une quarantaine de kilomètres de Lyon. Le corps a été découvert dans une zone boisée, près d’un stade où Victorine aurait passé son dernier appel téléphonique.

La jeune femme, dont le corps a été retrouvé à Villefontaine, n’était âgée que de 18 ans. Le Parisien rapporte que la mère de Victorine Dartois, quelques temps avant la découverte de la dépouille, décrivait sa fille comme “gentille, joyeuse, agréable, très appréciée par tout le monde et qui n’a jamais eu de soucis avec personne”. “Victorine était timide, réservée, méfiante avec les gens qu’elle ne connaissait pas. Elle ne serait jamais montée en voiture avec n’importe qui”, ajoutait son père. Sa sœur Romane a publié un message sur les réseaux sociaux pour partager sa peine et décrire “une jeune femme extraordinaire, une sœur plus qu’exemplaire, à l’écoute et toujours souriante”. Interrogés par RMC, des amies confiaient mardi 29 septembre que la jeune femme était de tempérament prudent et introverti. “Elle était très craintive elle avait toujours peur de se faire draguer dans la rue par des garçons ou se faire arrêter par une voiture”, ont-elles indiqué. Le père de Victorine a fait savoir aux enquêteurs qu’elle n’avait pas de petit ami.

Les enquêteurs de la gendarmerie de l’Isère ont mis en ligne sur les réseaux sociaux un appel à témoins, avec un numéro de téléphone mis à la disposition de ceux qui auraient des éléments d’information à communiquer. L’enquête ouverte pour “disparition inquiétante” a évolué vers les chefs “d’enlèvement, séquestration et homicide volontaire”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *