Mort de Soleimani: les députés irakiens réclament le départ des troupes américaines – Le Figaro

Spread the love
  • Yum

Les députés irakiens ont voté dimanche 5 janvier en faveur du départ des soldats américains. Cette décision est la conséquence de l’élimination par les États-Unis du général iranien Soleimani et de son lieutenant irakien, al-Mouhandis, par un tir de drone américain dans les faubourgs de Bagdad. Présenté par Washington comme une riposte à l’attaque de son ambassade, le 31 décembre, cet assassinat ciblé a profondément choqué l’opinion publique irakienne: depuis plusieurs jours se déroulent des manifestations appelant au départ des 5200 militaires officiellement déployés par Washington depuis 6 ans pour lutter contre l’État islamique.

En ouverture de la séance parlementaire extraordinaire consacrée à la question, le premier ministre irakien a affirmé qu’il était «dans l’intérêt des deux pays, Irak et États-Unis, de mettre fin à la présence de troupes étrangères» sur le sol national, qualifiant «d’assassinat politique» la mort de Soleimani et al-Mouhandis. Les députés lui ont donc emboîté le pas, demandant au gouvernement de «mettre fin à la présence des troupes étrangères […] et leur interdire d’utiliser ses terres, son espace aérien ou ses eaux pour quelque raison que ce soit.» Les députés enjoignent le gouvernement à retirer «sa demande d’assistance de la coalition internationale combattant l’État islamique en raison de la fin des opérations militaires en Irak et de la victoire […] Le gouvernement irakien doit s’efforcer de mettre fin à la présence de troupes étrangères sur le sol irakien»

«Surveiller l’Iran»

Donald Trump avait émis le souhait, en décembre 2018, de rapatrier un certain nombre de troupes sur le sol américain. Si le président américain citait la Syrie et l’Afghanistan, contre l’avis-même d’une partie du camp républicain, il avait toutefois pris garde de maintenir ses soldats en Irak. Pour Trump, cette présence devait lui permettre «d’être en mesure de surveiller l’Iran», loin de la mission initiale de lutte contre l’État islamique justifiant la présence des troupes. «Si quelqu’un cherche à faire des armes nucléaires […] nous allons le savoir avant qu’ils ne le fassent», avait développé le locataire de la Maison-Blanche.

Irak: des étudiants protestent contre l’ingérence américaine et iranienne – Regarder sur Figaro Live

Retour en 2014

Les Américains avaient pris pied en Irak lors de la guerre de 2003, au cours de laquelle avait été renversé Saddam Hussein. Un contingent de 150.000 hommes dans 105 bases militaires avait été déployé, porté à 170.000 lors des violences communautaires de 2006. Les États-Unis avaient fini par se retirer du pays en décembre 2011, sur ordre de Barack Obama, après 9 années d’occupation. Sur les 40.000 soldats encore présents à cette époque, seuls était restée une grosse centaine d’hommes, chargés d’entraîner les forces armées irakiennes et protéger l’ambassade de Bagdad.

Avec le lancement de la coalition internationale contre l’État islamique en 2014, les États-Unis ont été contraints de réinvestir militairement l’Irak. Le nombre de soldats envoyés sur place est progressivement monté pour atteindre 3500 en juin 2015, puis 5000 en 2016. Ces forces sont officiellement dépêchées pour jouer le rôle de «conseillers militaires», les Américains luttent prioritairement contre l’EI par des frappes aériennes, mais des troupes agissent tout de même en soutien de certains combats.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *