Mort de Jean-Paul Belmondo : revivez l’hommage national rendu à l’acteur aux Invalides – CNEWS

Spread the love
  • Yum

L’émotion était palpable ce jeudi, à Paris, lors de l’hommage national rendu à Jean-Paul Belmondo. Dans la cour d’honneur des Invalides et sur l’esplanade, personnalités et anonymes ont salué une dernière fois ce monstre sacré du cinéma, décédé le 6 septembre dernier, à l’âge de 88 ans.

C’est sous un soleil radieux, dans le 7e arrondissement de la capitale, que la cérémonie s’est ouverte à 16h30, avec l’entrée de la garde républicaine. La Marseillaise a retenti alors que le cercueil, drapé du drapeau tricolore, trônait au milieu de la cour, devant la famille et les proches de «Bébel», ce «Magnifique» que la Nation ne pourra oublier.

Accompagné de son épouse, le chef de l’Etat Emmanuel Macron est ensuite arrivé sur les lieux, rejoignant ainsi le Premier ministre Jean Castex, des membres du gouvernement, dont le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti et la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, et quelque 1.000 personnes autorisées à assister cette cérémonie, munies de leur pass sanitaire.

Des personnalités issues du monde du cinéma, du spectacle et du sport avaient elles aussi tenu à faire le déplacement, à l’instar du réalisateur Alexandre Arcady, des acteurs Guillaume Canet, Gilles Lellouche et Samy Nacéri, de l’humoriste Laurent Gerra, du DJ Bob Sinclar, du délégué général du Festival de Cannes, Thierry Frémaux, du présentateur Cyril Hanouna, ou encore du boxeur Brahim Asloum. «Je suis venu en voisin rigoler un peu avec lui. Là où il est, il va beaucoup rire. Il n’aurait pas aimé qu’on fasse la gueule», a déclaré l’animateur Michel Drucker. De son côté, le comédien Jean Dujardin, qui a toujours considéré «L’as des as» comme un mentor, a rappelé que l’on avait «tous Jean-Paul Belmondo en nous».

Les mots poignants de son petit-fils, Victor

Puis est venue l’heure du discours, celui de son petit-fils Victor, également comédien, et visiblement très ému. «De là où il est, il est pleinement heureux de cet hommage. Tout au long de sa vie, il n’a cessé de chercher le bonheur et surtout de le donner. Il restera un soleil. Le soleil ne s’éteint pas, il brille, il irradie partout .(…) Merci papy de nous avoir donnés tant de joie, d’avoir tant partagé ta positivité. On pense à toi, on t’aime et amuse-toi bien avec tes copains qui t’ont tant manqué», a-t-il déclaré, la gorge nouée, entouré des autres petits-enfants de l’acteur et de sa plus jeune fille, Stella, 18 ans.

«Jean-Paul Belmondo, c’est un peu nous, en mieux», selon Emmanuel Macron

Dans son éloge funèbre qui a suivi, Emmanuel Macron a expliqué combien le complice et rival d’Alain Delon – lequel était absent ce jeudi – était «le héros aux mille visages», dont les rôles «ont scandé six décennies de vie française». «Il était de la famille. (…) Lui qui par tous ses rôles traversa l’Histoire de notre pays. (…) Flic, voyou, magnifique toujours. Jean-Paul Belmondo habita la France. C’est un peu nous, en mieux», a affirmé le chef de l’Etat, avant de conclure : «Adieu Bébel. Vive la République. Vive la France».

Sous les applaudissements de ses amis et de ses fans massés devant les écrans géants installés à l’extérieur et qui retransmettaient en direct la cérémonie, le cercueil a quitté la cour sur l’air de «Chi Mai» d’Ennio Morricone, extrait de la bande-originale du «Professionnel».

Dès 19h30, les Français pourront venir se recueillir devant le cercueil qui restera aux Invalides. Un dispositif qui avait déjà été mis en place après la disparition de l’ancien président Jacques Chirac, en 2019.

Vendredi matin, le clan Belmondo se retrouvera, dès 11h, en l’église Saint-Germain-des-Prés pour des obsèques en toute intimité. Cette cérémonie sera suivie d’une crémation.


Leave a Reply

%d bloggers like this: