Mort de George Floyd : Derek Chauvin condamné à vingt-deux ans de prison – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Devant le tribunal vendredi, l’ancien policier, qui est détenu depuis son arrestation en mai 2020 dans la prison de haute sécurité d’Oak Park Heights dans le Minnesota, a présenté ses condoléances à la famille de George Floyd.

C’était un verdict historique. Deux mois après avoir été reconnu coupable d’homicide involontaire, du meurtre au deuxième et troisième degré de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, le policier Derek Chauvin a été condamné à vingt-deux ans et demi de prison (deux cent soixante-dix mois), vendredi 25 juin.

Le barème des peines dans le Minnesota prévoyait un minimum de douze ans et demi de prison pour l’agent de 45 ans, qui avait été incarcéré dès l’annonce du verdict, mais le juge Peter Cahill, qui a prononcé la sentence à partir de 13 h 30 (20 h 30 à Paris) dans un tribunal de Minneapolis, est allé au-delà.

En retenant quatre circonstances aggravantes, il avait déjà ouvert la voie à une peine nettement plus lourde. Les procureurs, dénonçant pour leur part « des abus odieux » et une conduite « particulièrement cruelle » du policier, avaient requis trente ans de détention.

« Cette condamnation historique fait franchir à la famille Floyd et à notre nation un pas de plus vers la réconciliation en leur permettant de tourner la page et en désignant des responsables », a salué l’avocat de la famille de George Floyd, Ben Crump, sur Twitter.

Quelques heures avant l’audience, des badauds s’étaient réunis devant le tribunal de Minneapolis, où les soldats déployés pendant les huit semaines de procès ont disparu. Quelques commerces restaient protégés par des panneaux de bois, mais la métropole du Nord semblait presque revenue à la normale.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Mort de George Floyd : l’Amérique « soulagée » par un verdict historique

Emouvante intervention de la famille de George Floyd

Au début de l’audience, la famille de George Floyd s’est exprimée. Dans une vidéo diffusée dans la salle, Gianna, sa fille âgée de 7 ans a dit qu’elle demandait « tout le temps des nouvelles de lui ». Un membre de la famille lui demande ce qu’elle dirait à son père si elle pouvait le revoir : « Ce serait : tu me manques et je t’aime », a-t-elle dit.

Le frère de George Floyd, Philonise Floyd, a demandé au tribunal de condamner Derek Chauvin à la peine maximale. Terrence Floyd, le frère cadet de George Floyd, a lui aussi demandé la peine maximale, demandant à Derek Chauvin : « Pourquoi ? Qu’aviez-vous en tête quand vous vous êtes agenouillé sur le cou de mon frère, alors que vous saviez qu’il ne représentait aucune menace ? ». De son côté, le procureur général adjoint du Minnesota, Matthew Frank, a rappelé que Derek Chauvin avait abusé du pouvoir qu’il avait en tant que policier le jour où il a tué George Floyd.

Pour sa part, Carolyn Pawlenty, la mère du policier a déclaré que son fils était « un homme bon », quelqu’un qui « a toujours consacré sa vie et son temps au service de police ». « Il a beaucoup repensé aux événements » du 25 mai 2020, « j’ai vu le prix qu’il a payé et je ne pense pas qu’une lourde peine soit bonne pour lui », a-t-elle ajouté lors de l’audience destinée à fixer sa sentence.

Enfin, le policier s’est brièvement exprimé, pour présenter ses « condoléances à la famille Floyd », ajoutant : « Il y aura à l’avenir de nouvelles informations, que j’espère intéressantes et qui vous apporterons de la tranquillité d’esprit », lors de sa première prise de parole publique treize mois après la mort de George Floyd.

Projet de réforme de la police

Le 25 mai 2020, Derek Chauvin et trois collègues avaient voulu arrêter le quadragénaire noir, soupçonné d’avoir écoulé un faux billet de 20 dollars dans la grande ville du nord des Etats-Unis. Pour le maîtriser, ils l’avaient menotté et plaqué au sol en pleine rue.

Un genou sur le cou de George Floyd, Derek Chauvin avait maintenu sa pression pendant près de dix minutes, indifférent aux râles de l’Afro-Américain mais aussi aux supplications de passants affolés.

La scène, filmée et mise en ligne par une jeune fille, était rapidement devenue virale. Confinées depuis des semaines, des foules étaient sorties en masse dans les rues des Etats-Unis, mais aussi au-delà, pour réclamer la fin du racisme et des violences policières.

Il a fallu des semaines pour que la mobilisation retombe, mais les débats sur ces questions restent vifs aux Etats-Unis, où le président Joe Biden tarde à concrétiser les réformes promises pendant sa campagne.

Lire aussi : La police américaine toujours aussi létale pour les Noirs

Des sénateurs républicains et démocrates ont toutefois annoncé jeudi, après des semaines de négociations, avoir conclu « un accord de principe sur un projet de réforme de la police ». « Il reste du travail sur le texte de loi final », ont-ils précisé.

Une décision qui fera l’objet de recours

Des élèves de maternelle sur les lieux où est mort George Floyd, le 25 mai 2020.

Le procès de Derek Chauvin avait été suivi de près dans tout le pays. Présent sans discontinuer pendant les six semaines d’audiences, le policier a refusé de témoigner. Son avocat a assuré qu’il s’était contenté de suivre les procédures en vigueur dans la police et que la mort de George Floyd était due à des problèmes de santé combinés à l’ingestion de drogues.

Les jurés n’ont pas été convaincus et ont mis moins de dix heures à le reconnaître coupable. Leur décision a été accueillie par un grand soupir de soulagement par beaucoup, qui craignaient que le pays ne s’embrase à nouveau si Derek Chauvin ressortait libre des audiences.

Son avocat, Eric Nelson, n’a toutefois pas changé de ligne de défense. Il a plaidé que son client avait commis « une erreur de bonne foi » et demandé une peine réduite à la durée déjà purgée, ce qui permettrait la remise en liberté immédiate du policier. Il a mis en avant le risque que son client, qui a été incarcéré dans un établissement de haute sécurité, soit tué en prison.

En parallèle, il a demandé l’annulation du procès, notamment en raison de doutes sur l’impartialité de certains jurés. Vendredi matin, le juge Peter Cahill a rejeté sa requête, estimant qu’il avait « échoué à prouver » ses allégations.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Mort de George Floyd : à Minneapolis, les militants réclament toujours une réforme de la police après le verdict

Quelle que soit la décision, elle fera l’objet de recours, Me Nelson ayant déjà fait part de son intention de demander l’annulation du verdict, notamment en raison de doutes sur l’impartialité de certains jurés.

Le dossier judiciaire ne s’arrêtera pas là : les trois collègues de Derek Chauvin seront jugés en mars 2022 pour « complicité de meurtre » par la justice du Minnesota.

En parallèle, les quatre hommes devront aussi comparaître devant la justice fédérale pour « violation des droits constitutionnels » de George Floyd. Aucune date n’a encore été fixée.

Notre sélection d’articles sur la mort de George Floyd

Retrouvez tous nos articles sur la mort de George Floyd dans notre rubrique.

Le Monde

Leave a Reply

%d bloggers like this: