Montauban : deux jeunes de 18 et 19 ans retrouvés morts dans une voiture tombée dans un ravin – LaDepeche.fr

Spread the love
  • Yum

l’essentiel Zakaria et Youssef, 18 et 19 ans, n’avaient plus donné signe de vie depuis samedi soir en Tarn-et-Garonne. Leur véhicule accidenté a été retrouvé lundi 15 février, à l’entrée de Montauban, en contrebas de la route de Bordeaux. À l’intérieur : les corps sans vie des deux copains.

L’un venait d’avoir 18 ans. Il préparait son bac au lycée Bourdelle de Montauban. L’autre avait 19 ans. Il était étudiant en première année de droit au centre universitaire de la préfecture du Tarn-et-Garonne.

Zakaria Allouch et Youssef El Fatchi ont été retrouvés morts dans leur voiture, lundi 15 février au soir à l’entrée de Montauban, par la route de Bordeaux. Ils n’avaient donné aucun signe de vie depuis le samedi 13 février après avoir passé la soirée chez des amis à Villemade, à une dizaine de kilomètres de la cité d’Ingres.

Les corps des deux copains ont été extraits lundi 15 février, vers 21 heures, de leur voiture immobilisée en contrebas de la chaussée, à proximité du giratoire Louis-Delmas et du pont de l’Avenir. Le véhicule, de type Renault Mégane de couleur bleue, aurait été retrouvé par des proches des deux jeunes hommes, qui les avaient cherchés sans relâche depuis le matin du dimanche 14 février. L’alerte a été aussitôt donnée.

Les constatations ont duré une bonne partie de la nuit, selon Laurent Czernik, procureur de la République de Montauban qui s’est rendu sur les lieux. Les urgentistes n’ont rien pu faire pour ramener les deux victimes à la vie, piégés dans une carcasse de voiture défoncée par le choc.

Une autopsie est programmée mercredi 17 février

“L’hypothèse la plus probable est une sortie de route”, a indiqué un camarade des deux jeunes. Selon les premières constatations, Zakaria était le conducteur. Il venait d’avoir son permis de conduire, en janvier. La Renault Mégane qui venait de franchir le panneau d’entrée de la ville s’est déportée sur la gauche de la chaussée, peu avant d’arriver au giratoire et a terminé sa course au fond d’un petit ravin boisé, à trois mètres en contrebas de la route.

Interrogés, les premiers voisins n’ont rien vu, ni rien entendu. “On ne voyait pas non plus la voiture depuis la route”, précise un autre copain venu se recueillir, mardi 16 février au matin, sur les lieux du drame.

La voiture s'est déportée sur la gauche de la route.
La voiture s’est déportée sur la gauche de la route. DDM

Même si la thèse de l’accident est privilégiée, une autopsie aura lieu au matin du mercredi 17 février à l’Institut médico-légal (IML) de Toulouse. Toutes les analyses nécessaires sont également diligentées Les policiers interrogent depuis lundi 15 février l’environnement familial et amical des deux victimes. “L’enquête doit déterminer les circonstances exactes. Nous effectuons de nombreuses auditions, dans les rangs de la famille et des amis des deux victimes, afin de refaire toute la chronologie de cette soirée”, a indiqué encore Anne Gaullier, vice-procureure de la République.

Les proches, terrassés par la douleur confiaient leur inquiétude. “Nous n’avions pas eu de nouvelles d’eux depuis dimanche matin. On est allé à l’hôpital, on a contacté la police… On les a cherchés partout. Rien. Leurs téléphones portables ne prenaient plus de messages. On a lancé des appels et publié des photos sur les réseaux sociaux. C’étaient vraiment de gentils garçons. Ils suivaient des études. Ils avaient l’avenir devant eux”, raconte un jeune ami.

Selon le procureur, Laurent Czernik une procédure de disparition inquiétante a même été déclenchée lundi 15 février au matin.

Leave a Reply

%d bloggers like this: