Molotov dégoupille son offre AVOD Mango

Spread the love
  • Yum

Depuis quelques mois, tous les grands acteurs des médias américains misent sur la VOD financée par la publicité. L’AVOD (Advertising Video On Demand) se positionne comme le concurrent le plus sérieux de la SVOD, ce ne manque pas de souligner Molotov dans son communiqué de presse : « Selon Digital TV Research, le marché de l’AVOD a généré en 2019 un chiffre d’affaires de 27 milliards de dollars et pourrait atteindre 56 milliards en 2024 dans le monde. » A l’international, les grands acteurs de l’AVOD sont Pluto TV (ViacomCBS), Xumo (Comcast), Tubi (Fox), IMDbTV (Amazon), mais aussi Peacock (NBCUniversal) et RakutenTV. 

Molotov ouvre le bal de l’AVOD

Paradoxalement, l’AVOD n’a pas encore séduit les grands groupes français : les chaînes en clair préfèrent monétiser leur replay respectif et miser sur Salto en SVOD payante (TF1, France TV, M6) ; Canal de son côté parie sur sa nouvelle version de myCanal pour gonfler son portefeuille d’abonnés numériques et Arte poursuit son développement sur le web avec une offre gratuite, sans publicité. Un timing parfait pour Molotov qui arrive sur un terrain de jeu quasiment vierge.

L’AVOD s’inscrit dans le modèle de base de Molotov dont l’ADN s’appuie sur le freemium qui offre à la fois une expérience gratuite et des options payantes. Molotov peut donc compter sur ses 13 millions d’utilisateurs et les 200.000 abonnés à ses différentes options payantes (Molotov Plus, Molotov Extended et les chaînes payantes comme OCS, Ciné + etc) pour faire de sa nouvelle offre un succès.

Mango, du cinéma gratuit avec de la pub

Mango démarre avec une offre principalement consacrée au cinéma (généralement absent du replay des chaînes TV, sauf exception avec Arte par exemple), destinée au grand public. Mais Mango ne s’interdit pas d’enrichir son offre avec des documentaires et des séries. Dès son lancement, Mango offre plus d’un millier de programmes essentiellement composés de films (action, comédie, romance, fantastique, drame, films pour enfants). Côté publicité, Mango parie sur la croissance observée aux Etats-Unis grâce à une offre publicitaire adressée et personnalisée, qui vise une cible rajeunie et interactive. Selon le Figaro, « les utilisateurs de Mango ne seront pas assommés de publicité » : un préroll au lancement du programme, puis une coupure publicitaire toutes les 30 minutes.

   

Une nouvelle équipe pour un nouveau défi

A cette occasion, Molotov a musclé ses équipes pour déployer Mango : d’une part avec une équipe commerciale chargée de commercialiser l’espace publicitaire qui s’appuie sur ses propres outils «d’intelligent ad-serving», complétés des outils de Freewheel et Ad Insertion Platform afin d’offrir une expérience publicitaire performante et d’autre part une équipe éditoriale chargée des acquisitions et des relations avec les ayants droit.

Pour JeanDavid Blanc (président fondateur de Molotov) : « Il était parfaitement logique que Molotov introduise en France le modèle de l’AVOD dont on voit le mouvement massif aux USA. Au-delà de cette opportunité de croissance, Mango incarne la philosophie et la mission de Molotov, qui consiste à proposer des programmes accessibles à tous, gratuits et payants, tout en offrant aux ayants droit un modèle de revenus complémentaires. »


Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’AVOD pourrait rapidement s’imposer sur le marché : aux Etats-Unis, nombreux sont les analystes qui constatent un phénomène de «SVOD fatigue » : trop d’offres, des prix élevés, usure des catalogues ; de nombreux films de catalogue ne sont plus diffusés par les chaînes TV, l’édition de DVD est au plus bas, la location n’existe plus : les détenteurs de droit ont besoin de trouver de nouvelles ressources pour leurs films. L’AVOD offre une double opportunité : un nouveau mode de distribution accompagné de nouvelles recettes qui, même si elles sont inférieures aux exploitations classiques pour l’instant, pourraient devenir incontournables dans quelques années. 

Leave a Reply

%d bloggers like this: