Dormir moins de six heures par nuit pourrait augmenter le risque de maladies cardiovasculaires, selon une étude du Centre national de recherche cardiovasculaire (CNIC) de Madrid et de l’université Tufts, États-Unis. Pour José Ordovás du CNIC, le sommeil doit être considéré comme « une des armes pour lutter contre les maladies cardiovasculaires », en plus « des médicaments, de l’activité physique et du régime alimentaire ».

La durée et la qualité du sommeil, ainsi que la santé cardiovasculaire de 3.974 participants, d’une moyenne d’âge de 49 ans et n’ayant jamais eu de maladies cardiaques, ont été suivies pendant une semaine. D’après les chercheurs, les personnes dormant moins de six heures étaient 27 % plus susceptibles de développer une athérosclérose et ceux au sommeil perturbé étaient 34 % plus à risque, par rapport aux personnes dormant entre sept et huit heures ou ayant une nuit de qualité. Plus de huit heures de sommeil semble également augmenter ce risque. « Les effets néfastes d’un temps de sommeil trop court peuvent être contrebalancés si celui-ci est de bonne qualité », insiste Valentin Fuster du CNIC.

Leave a Reply