Migration iMac Intel vers MacBook Air M1 : récit d’un voyage de cinq jours

Spread the love
  • Yum

Migration iMac Intel vers MacBook Air M1 : récit d'un voyage de cinq jours

OK, laissez-moi vous présenter le contexte. J’ai un tas de Mac très fiables, très fonctionnels et très vieux. J’ai un iMac 2013, trois Mac mini 2012, et un Mac mini 2011. Certains peuvent faire fonctionner Catalina, un autre est coincé à Mojave, mais aucun ne peut faire fonctionner Big Sur ou le prochain Monterey.

J’ai également un Mac mini i7 2018 très puissant, qui est ma principale machine de montage vidéo de bureau, et un ordinateur portable i5 2015. Les deux sont capables de faire tourner les logiciels actuels, donc je m’en tiens à eux tant qu’ils sont pris en charge.

Apple MacBook Air 2020 (M1)

Apple MacBook Air 2020 (M1) – Meilleurs prix :

  • Amazon

    1059,99

  • Boulanger

    1059,99

  • Rakuten

    1059,99

  • Fnac

    1059,99

  • Cdiscount

    1070,22

  • LDLC

    1129,94

  • Fnac marketplace

    1129,98

  • Darty

    1129,99

J’aime faire fonctionner mes Mac de production avec une demi-génération de système d’exploitation par rapport à l’OS actuel, simplement parce qu’il faut généralement six mois ou plus pour que les bugs des nouvelles versions soient surmontés. Mais, très clairement, je n’aime pas avoir deux générations de retard. A ce stade, les applications et même les services web commencent à tomber en panne, et ce, à des moments imprévisibles.

J’ai appris la leçon à mes dépens. J’ai repoussé la mise à niveau de ces machines parce que c’est une dépense importante. De plus, je n’étais pas tout à fait sûr de la façon dont le M1 fonctionnerait pour mes projets, car j’utilisais des Mac Intel depuis très longtemps.

publicité

De l’iMac au Macook Air M1

Une fois la WWDC terminée, après avoir réalisé qu’il n’y aurait pas de nouveaux Mac pendant un certain temps, j’ai décidé d’un plan de mise à niveau pour ma petite flotte. Et j’ai décidé de commencer par l’iMac très bien équipé (pour 2013), qui est passé de mon bureau au salon il y a quelques années et qui me sert de machine principale de développement depuis.

J’ai décidé de remplacer cet iMac de 32 Go par un MacBook Air de 16 Go. J’ai choisi le Air parce que je veux pouvoir débrancher un seul port et emporter ma machine de développement partout où je vais. Ce que je ne pouvais pas faire, bien sûr, avec mon iMac.

Enfin, ma tactique consistait à répartir le travail sur plusieurs jours afin de pouvoir également effectuer mon travail quotidien. Une fois mon travail habituel terminé, je me suis donc plongé dans ce projet et l’ai fait avancer progressivement jour après jour.

Jour 1 : tous mes câbles sont emmêlés

J’ai déballé la boîte. Dedans, on trouve un MacBook Air, un câble d’alimentation et un chargeur USB-C. Notez que le câble n’est PAS un câble Thunderbolt 3. Je l’ai appris à mes dépens. Restez attentifs sur ce point pour la suite de l’article.

La première chose que j’ai faite a été de configurer l’assistant de migration pour déplacer mes applications, données et paramètres de l’ancien iMac 2013 vers le MacBook Air. Je voulais déplacer tous mes paramètres, car il m’a fallu des semaines pour mettre au point mon système de développement et je ne voulais pas avoir à repasser par le processus de configuration et de réglage.

J’ai connecté le MacBook Air à la station d’accueil CalDigit TS3 Plus recommandée par Apple, et bien que l’alimentation fonctionne sur le Air, et bien rien d’autre n’a fonctionné. Je me suis dit que c’était parce que mon TS3 avait quelques années, mais je n’arrivais vraiment pas à le faire fonctionner. Donc, au lieu de faire une migration en utilisant l’Ethernet, j’étais coincé avec le Wi-Fi.

Pendant la migration, l’écran indiquait le temps restant : 30 heures, 4 heures, 2 jours, 21 heures, 3 minutes, 2 heures, etc. En fait, les estimations du temps restant étaient complètement incohérentes et inutiles. Mais l’opération s’est terminée après environ 9 heures, et la plupart de mes paramètres ont été parfaitement transférés. J’ai dû me réauthentifier sur certaines choses, mais c’est à peu près tout.

Une fois la migration terminée, je n’ai toujours pas réussi à faire fonctionner le CalDigit TS3 Plus autrement que pour alimenter le Air. Mais lorsque j’ai branché le Mini Dock CalDigit, tout a fonctionné parfaitement. Il fournit un port USB 2.0, un port USB 3.0, deux ports HDMI et un port Ethernet. Ces docks ne fournissaient pas d’alimentation, et mes deux maigres ports Thunderbolt étaient donc utilisés entre le câble d’alimentation et la station d’accueil.

Mais pourquoi le TS3 n’a-t-il pas fonctionné ? Il s’avère que le câble fourni par Apple n’est pas un câble Thunderbolt. Il n’a pas l’icône en forme d’éclair. C’est juste un câble d’alimentation. Lorsque je l’ai remplacé par le câble fourni par le TS3, la station d’accueil TS3 Plus a fonctionné. Le seul problème ? Il ne prend pas en charge le HDMI, seulement le DisplayPort. Oh, et oui : le mini dock a fonctionné parce que le câble Thunderbolt 3 faisait partie du dock lui-même.

J’ai donc commandé un adaptateur de port actif Display Port vers HDMI (CalDigit dit qu’il doit s’agir d’un adaptateur actif) et j’ai temporairement branché la machine sur le mini dock. Je veux revenir au TS3 parce que je veux qu’un seul câble entre dans l’ordinateur portable pour un retrait rapide et facile.

Jour 2 : de la lenteur à l’émerveillement

J’ai commencé ma lecture matinale et j’ai réalisé que j’étais un peu déçu par les performances de Chrome. Le navigateur était plus lent que d’habitude, sur mon vieil iMac 2013. Ne sous-estimez pas cet iMac, parce qu’il était équipé d’un i7 très haut de gamme et d’une mémoire de dingue. Donc, même sept ans plus tard, c’était toujours une machine assez rapide.

Quoi qu’il en soit, j’ai cherché sur Google et j’ai découvert que Chrome avait une version Apple Silicon. Mon Chrome qui avait migré était évidemment une version Intel. J’ai donc téléchargé la version de Chrome pour M1 et l’ai installé par-dessus l’original. Et boum ! L’amélioration des performances a été exceptionnelle. Le navigateur est passé de lent à impressionnant.

Puis est venu un moment très étrange. Les préférences système voulaient que je mette à jour vers macOS 11.4, et comme il s’agissait d’un tout nouveau système, j’ai laissé la mise à jour se faire. Environ 20 minutes plus tard, lorsque la mise à jour s’est terminée et que le MacBook Air M1 a redémarré, de la musique a commencé à sortir de l’Air alors que le logo Apple avec l’indicateur de pourcentage de réalisation était toujours à l’écran. Je n’ai rien pu faire pour arrêter la musique jusqu’à ce que le redémarrage soit terminé et que je puisse accéder au bureau.

Il s’avère que, pour une raison quelconque, la mise à jour a décidé de lancer le jeu Game of Thrones Apple Arcade au milieu du démarrage.

Je n’ai essayé ce jeu qu’une seule fois – il y a environ quatre mois sur l’ancien iMac – je l’ai trouvé déroutant et j’ai abandonné. Je ne l’ai plus jamais utilisé depuis. Mais, pour une raison quelconque, la mise à jour du MacBook Air a décidé de lancer ce jeu avant même que le processus de démarrage ne soit terminé. Dans tous les cas, dès que j’ai pu, j’ai utilisé Force Quit pour arrêter le jeu.

Je devais faire une restauration Time Machine pour un autre ordinateur, et j’ai réalisé que je n’avais pas vérifié Time Machine sur l’Air. C’est bien que je l’ai fait, car Time Machine n’était pas complètement configuré. Il y avait un petit bouton d’alerte rouge dans les préférences de Time Machine (mais pas dans la barre de menu). Tout ce que j’avais à faire était de réclamer les sauvegardes de la machine précédente (l’iMac), et Time Machine était de nouveau opérationnel.

Jour 3 : « le produit sélectionné n’est pas installé »

Maintenant que les fonctionnalités de base fonctionnent à peu près, je décide d’accorder une réelle attention aux fonctionnalités proposées avec le nouveau processeur M1.

Ma première idée est d’exécuter certaines de mes applications d’iPhone sur la machine. En particulier, je voudrais exécuter Pantry Check, que ma femme et moi utilisons pour gérer nos courses. Malheureusement, cette application n’est pas disponible dans ma liste d’applications d’iPhone, dans l’App Store du Mac. Pourquoi ? Parce que les développeurs iOS doivent choisir d’autoriser la fonctionnalité Mac, ce que le développeur de Pantry Check n’a sans doute pas fait.

Pour ajouter une application iPhone, vous devez vous rendre dans le Mac App Store, sélectionner votre profil, puis, sous Compte, choisir le tout petit onglet intitulé “Applications iPhone et iPad”. Malheureusement, vous ne pouvez pas effectuer de recherche dans cette liste, vous devez donc faire défiler la liste et effectuer une recherche manuellement. J’ai des applications qui remontent à 2008, alors c’était carrément ennuyeux.

Il est clair qu’Apple ne considère pas l’exécution d’applications iOS sur le Mac M1 comme une véritable priorité, sinon cette fonctionnalité presque cachée aurait été optimisée, avec une interface utilisateur bien meilleure. J’ai abandonné, car je ne m’en souciais pas vraiment, et je n’ai jamais testé cette fonctionnalité plus en avant.

J’ai appris que ce n’est pas parce qu’il existe une application dédiée au M1 (aussi appelée “binaire universel”) pour une application “Intel” installée sur la machine que la version universelle s’installe ou se met à jour automatiquement. Chrome est donc resté la version Intel après la migration, jusqu’à ce que j’installe un nouveau Chrome par-dessus.

Vous pouvez savoir quelles applications sont Intel ou Universal dans le rapport système. Allez dans “A propos de ce Mac”, cliquez sur le bouton “Rapport système”, puis faites défiler la liste jusqu’à “Applications”.

macbook-air-2021-06-20-22-27-06.jpg

Observez la colonne la plus à droite.

Maintenant, une observation intéressante. Cela ne me dérange pas d’utiliser l’émulateur Rosetta 2 Intel pour la plupart de mes applications, car le M1 est suffisamment rapide pour faire fonctionner la plupart des applications les moins gourmandes en processeur. Mais j’ai voulu déplacer Photoshop et les autres applications d’Adobe.

C’est là que j’ai rencontré un problème. L’application Adobe Creative Cloud se lançait et ne répondait absolument pas aux clics de souris. Son programme de désinstallation ne fonctionnait pas, car d’autres applications Creative Cloud étaient installées. Et si j’ai pu désinstaller Bridge, je n’ai pas pu désinstaller Photoshop, car le programme de désinstallation relançait simplement l’application Creative Cloud qui ne répondait pas.

J’ai donc utilisé AppCleaner pour supprimer toutes les applications Adobe de mon nouveau Mac. Au cours du processus, un message m’a indiqué que le « produit sélectionné n’est pas installé sur cette machine ». Et pourtant, le produit sélectionné était toujours installé. C’était donc ça l’origine du problème.

Je me suis dit que la désinstallation des applications Adobe était peut-être une mauvaise idée. Après avoir exécuté AppCleaner et supprimé théoriquement toutes mes applications Adobe, j’ai pu installer Creative Cloud à nouveau… mais il ne répondait toujours pas une fois installé. Cette fois-ci, je vais devoir contacter l’assistance technique.

Jour 4 : appel au support technique

J’ai commencé la journée par un appel au support technique d’Adobe pour réparer l’installation de Creative Cloud. Heureusement, ma discussion avec Anupriya, d’Adobe, s’est avérée très productive.

On m’a conseillé d’exécuter l’outil Creative Cloud Cleaner et de suivre les étapes associées, ce que j’ai fait. Après un redémarrage, j’ai à nouveau installé l’application Creative Cloud, et cette fois, elle a fonctionné. Une fois que cela a fonctionné correctement, j’ai pu installer Photoshop et tout le reste ensuite.

Première impression rapide : Photoshop se lance certainement plus rapidement qu’avant, sur mon iMac 2013. C’est une belle victoire.

J’ai également reçu l’adaptateur Active DisplayPort vers HDMI, j’ai donc retiré le mini dock et installé le dock TS3 Plus. Tout fonctionne très bien maintenant, ma connexion réseau prioritaire passe par le port Ethernet du TS3, et je n’ai qu’un seul câble vers mon MacBook Air pour l’alimentation et les données.

Je considère que la configuration matérielle est terminée.

J’ai ensuite poursuivi ma journée de travail. C’était principalement une journée d’écriture et d’édition. J’ai donc passé la plupart de mon temps dans Chrome et Evernote.

Jour 5 : le Grand Test

J’ai maintenant quelques jours de travail sans événement notable à mon actif avec le nouveau Mac. Il fonctionne très bien.

Après le travail, je commence ce que j’appelle le “Grand Test”. Je suis sur le point de tester toutes les applications de la machine. Rappelez-vous que j’ai migré d’un iMac utilisé depuis longtemps vers cette machine, j’ai donc environ 150 applications installées, dont certaines sont sur cette machine depuis sept ou huit ans.

Le Grand Test consiste à lancer chacune d’entre elles, pour voir si elles peuvent fonctionner dans Big Sur et utiliser la puce M1.

J’ai été assez impressionné. La plupart des applications ont fonctionné immédiatement ou ont demandé l’installation d’une mise à jour et ont ensuite fonctionné. J’ai toutefois rencontré quelques problèmes, mais aucun n’a été rédhibitoire. C’est vrai : tout fonctionne vraiment.

Cela dit, il y a eu des accrocs. Ma version installée d’Audacity a échoué. J’ai téléchargé une mise à jour, l’ai installée et Audacity a alors fonctionné.

Bartender 3 affichait un gros message indiquant qu’il n’était pas compatible avec Big Sur. Bartender 4 est une mise à niveau payante. J’ai installé Bartender 4, et il fonctionne très bien.

BBEdit 11 ne fonctionne pas. J’ai pris les devants et téléchargé BBEdit 13 (en mode gratuit, car je l’utilise très rarement), et ça marche.

SmartSVN ne s’est pas exécuté. Il s’est lancé, mais aucune fenêtre ou menu ne s’est affiché. J’utilisais SmartSVN 11. La version actuelle est SmartSVN 14. Lorsque je l’ai téléchargée et installée, elle a fonctionné comme prévu. Malheureusement, en supprimant l’ancienne version, j’ai perdu mes paramètres, mais ce n’est pas un gros problème de reconfigurer mes dépôts pour cette application.

Ensuite, il y a eu la plateforme de jeu Steam. Et là c’est troublant. J’ai essayé de lancer Steam, j’ai pu me connecter et… tout s’est figé. Aucune réponse de la souris ou du trackpad. J’ai dû effectuer un redémarrage brutal. J’ai ensuite désinstallé Steam, puis téléchargé un nouveau programme d’installation et l’ai réinstallé. Cette fois, j’ai pu accéder à l’application Steam sans aucun problème.

Il était donc temps de voir si un jeu Steam pouvait fonctionner. La dernière fois que j’avais passé du temps dans Steam, je jouais à Cities Skylines. Je l’ai donc essayé.

Le jeu s’est bloqué au premier essai, mais après un départ forcé et un redémarrage, j’ai pu y entrer. Les graphismes étaient étonnamment bons, à certains égards meilleurs que la NVIDIA GeForce GT 750M native de l’iMac. Cela dit, il y avait quelques lags sur le MacBook Air M1, et après environ cinq minutes, le programme a planté.

Comme le jeu n’est pas une grande priorité sur cette machine, j’ai rapidement laissé tomber. Mais il est encourageant de noter que même si le jeu a planté, il a fonctionné un temps. J’ai eu de nombreux PC qui se comportaient de la même manière avant de les régler, et j’espère que les mises à jour ou le réglage (ou les deux) résoudront ces problèmes.

Dernières réflexions sur la migration vers le M1

Je dois dire que c’est un exploit signé Apple. J’ai commencé avec 150 applications, dont presque toutes étaient des applications Intel construites avant même que le M1 ne soit pensé.

Toutes – oui, toutes – ont fini par fonctionner, et seules cinq m’ont donné du fil à retordre. La plateforme de jeux Steam a été un peu difficile, mais même certains signes semblent montrer qu’elle est susceptible de fonctionner.

Je travaille avec le M1, et il est vif et réactif. Je n’ai eu aucun problème avec mon environnement de développement ou, vraiment, avec quoi que ce soit d’autre. Je qualifie cette mise à niveau et cette migration de succès total.

Utilisez-vous toujours Intel, ou avez-vous migré vers le M1 ? Quelle a été votre expérience ? Faites-nous en part dans les commentaires ci-dessous. Et oui, je sais que certains d’entre vous pensent que j’aurais dû passer à une machine Linux. Je le sais. N’hésitez pas à me le rappeler ci-dessous.

Apple MacBook Air 2020 (M1) – Meilleurs prix :

  • Amazon

    1059,99

  • Boulanger

    1059,99

  • Rakuten

    1059,99

  • Fnac

    1059,99

  • Cdiscount

    1070,22

  • LDLC

    1129,94

  • Fnac marketplace

    1129,98

  • Darty

    1129,99

Pour aller plus loin sur ce sujet

Source : ZDNet.com

Leave a Reply

%d bloggers like this: