Le projet de construction d’un mur au sud des États-Unis, si cher à Donald Trump a du plomb dans l’aile. Qu’à cela ne tienne, le président américain a trouvé la parade en menaçant le Mexique de taxer tous les biens qu’il exporte vers son voisin du nord. Et visiblement, le message a été entendu, en attestent les dispositions prises par les autorités mexicaines, comme le déploiement de 6 000 hommes à la frontière entre les deux pays, annoncé jeudi 6 juin, rapporte notamment Le Point.

Un panel de mesures

La mesure a été confirmée à Washington par Marcelo Ebrard, le secrétaire mexicain des Relations extérieures. Elle s’ajoute à un panel d’autres dispositifs mis en place, comme le gel des comptes bancaires de 26 passeurs présumés de clandestins ou le renvoi d’une centaine de Honduriens dans leur pays. Mercredi 5 juin, les autorités mexicaines avaient arrêté quelque 1 200 migrants venant tout juste d’entrer dans leur pays depuis le Guatemala.

Jeudi 30 mai, Donald Trump avait menacé d’appliquer une taxe de 5% sur tous les biens provenant du Mexique, laquelle pourrait augmenter progressivement jusqu’à 25% au 1er octobre en cas d’inaction du Mexique concernant les arrivées de migrants issus d’Amérique centrale.