Crédits: Shang-Chi / Marvel Comics
Dans la trempe de ce que MCU avait fait avec Black Panther, Destin Daniel Cretton veut s’affranchir des stéréotypes racistes et mettre en avant la communauté asiatique à travers son film Shang-Chi. Cette adaptation pourrait donc légèrement différer de l’originale, pour mieux balayer ces clichés, autrefois véhiculés dans la série de comics qui était dédiée au personnage éponyme. Le réalisateur de « Shang-Chi and the Legend of the Ten Rings » veut notamment humaniser son super-vilain, le Mandarin, qui sera incarné par Tony Leung Chiu Wa. Il devrait se montrer moins psychorigide et caricatural, d’après les dires du réalisateur. Enthousiaste de travailler avec Tony Leung, Cretton a dit : « Nous refusons de contribuer encore plus aux stéréotypes asiatiques que nous avons pu voir dans le cinéma et la pop-culture. Nous espérons pouvoir montrer différents versants des Asio-américains, des Sino-americains et des Chinois », des propos recueillis par The Observer et rapportés par Ecran Large.

Depuis quelques années, Marvel offre une plus grande mise en avant de la diversité à travers ses œuvres, avec des castings plus ethniques, des personnages Noirs au premier plan, plus de femmes fortes et indépendantes, comme Captain Marvel ou encore Black Widow qui aura son propre film et maintenant des personnages asiatiques, s’émancipant de l’image biaisée souvent véhiculée par Hollywood.

« C’est vraiment très excitant pour moi de pouvoir intégrer à un film comme ça plein de visages asiatiques et de montrer davantage d’aspects de ces personnages que ceux que nous avons connu jusqu’à présent. Petit, je n’avais pas de super-héros qui me ressemblait et je suis très content de pouvoir offrir ce qui me manquait à la nouvelle génération », a confié Destin Cretton à The Observer.

Shang-Chi and the Legend of Ten Rings arrivera dans nos salles le 12 février 2021