Marseille : trois hommes connus pour trafic de stupéfiants tués – Europe1

Spread the love
  • Yum

Gwladys Laffitte, avec Europe 1 et AFP , modifié à

A Marseille dans les Bouches-du-Rhône, trois hommes connus des services de police pour trafic de stupéfiants sont décédés la nuit dernière dans deux probables règlements de compte. “Il n’est pas impossible que ces deux événements soient liés”, a avancé une source proche de l’enquête.

Trois hommes, connus pour trafic de produits stupéfiants, sont décédés dans deux probables règlements de compte à Marseille dans la nuit de samedi à dimanche, a appris l’AFP de source proche l’enquête. Vers minuit, deux hommes de 25 et 26 ans ont été tués de plusieurs balles de calibre 9mm et de fusil d’assaut dans la cité de “La Marine bleue” dans le 14e arrondissement, un des plus pauvres de Marseille, ont indiqué des sources proches de l’enquête. Des personnes sont arrivées en voiture et ont tiré sur les victimes, a précisé l’une d’entre elle.

Cette même nuit, dans le 4e arrondissement, au centre de la ville, la police a reçu plusieurs appels signalant des coups de feu et qu’une personne avait été emmenée de force dans un véhicule, a ajouté une source proche de l’enquête. La voiture a été retrouvée en train de brûler dans le 13e arrondissement, avec un corps calciné à l’intérieur, un mode opératoire régulièrement employé dans les règlements de compte au sein du banditisme marseillais.

Les deux évènements pourraient être liés

Cette personne serait âgée de 27 ans. Comme les deux précédentes victimes, elle était connue des services de police. “Il n’est pas impossible que ces deux événements soient liés”, a avancé cette source proche de l’enquête. 

“S’il est trop tôt pour déterminer les motivations des auteurs de cet acte, ce nouvel épisode de violence n’entame pas la détermination des services de l’Etat à lutter sans relâche contre les trafics et la circulation des armes et à mettre tous les moyens pour retrouver les auteurs de ces homicides”, a réagi auprès de l’AFP la préfète de police, Frédérique Camilleri.

Leave a Reply

%d bloggers like this: