Marche pacifique ce samedi matin entre le Vieux Port de Marseille et la préfecture de région. Environ 2000 gilets jaunes ont défilé, précédés d’une dizaine d’ambulanciers véhiculés, gyrophares allumés. 

“On n’est pas là pour casser, on doit défiler à visage découvert. Si on en voit qui cassent, ils seront sortis. Nos revendications qu’on a tous, salariés, retraités, chômeurs, chef d’entreprise de PME ou de PMI, c’est notre pouvoir d’achat, et c’est qu’on soit respecté, qu’on nous écoute. On veut vivre dignement, c’est tout”, a déclaré à la foule Viva Noé, responsable de la page Facebook “Stop au racket Méditerranée”, juchée sur un plot en béton avant le départ du cortège.

Certains manifestants lui ont toutefois répondu qu’ils ne souhaitaient pas condamner d’éventuelles violences.

“D’abord la France, les autres après” 

Sylvia Paloma, 70 ans, est venue défendre ses droits de retraitée, un gilet jaune siglé “Macron, démissionne, fais pas le con” sur le dos et un bonnet phrygien sur la tête. “Arriver à notre âge et demander l’aumône c’est pas possible ! Il faut qu’il partage un peu, il faut que Macron, au lieu de se cacher, parle ouvertement. Qu’il dise ‘je vous entends, je vous ai compris, d’abord la France, les autres après !” lance-t-elle. “C’est la première fois que je manifeste. Je touche 1248 euros de retraite et c’est mes quatre enfants qui doivent m’aider”, explique cette ancienne fonctionnaire territoriale.

Thomas Lefeuvre, 24 ans, père d’un enfant, défile, un bouquet de fleurs d’oiseaux de paradis à la main: “C’est en hommage aux guerriers pacifiques qui montent aujourd’hui à Paris”, explique cet horticulteur.

“J’attends une réponse du président, on veut des référendum d’initiative citoyenne. Avec Internet, on n’a plus besoin de députés. On peut tous voter par référendum”, affirme-t-il.

Il dit gagner 1300 euros par mois en travaillant “45 heures par semaine” et avoir du mal à joindre les deux bouts. Thomas Lefeuvre a suivi la campagne de Jean-Luc Mélenchon pendant la présidentielle mais ne se sent aujourd’hui proche d’aucun parti. Mélenchon “c’est juste le roi des opportunistes”, lance-t-il.

Quelque 600 policiers étaient mobilisés samedi dans les Bouches-du-Rhône, selon la préfecture de police.