Alors qu’en début de semaine, le projet (dément ?) de la société allemande d’envoyer vivre quelques terriens sur la planète rouge semblait fortement compromis, un mystérieux sauveur aurait réglé la dette de de la firme auprès de ses créanciers. Mars One, le retour.

Un mystérieux investisseur

C’est le 6 mars prochain que le nouvel investisseur encore inconnu dévoilera ses plans lors d’une conférence de presse. Le lieu est lui aussi encore tenu secret. Le côté théâtral de l’annonce ternit encore un peu plus le côté sérieux de la mission, mais Mars One semble immortel. En tout cas, les paris sont ouverts sur l’identité mystère de l’investisseur. Qui est assez fou pour financer un projet dont la viabilité scientifique et financière a été remise en question plus d’une fois ? Le MIT avait donné 68 jours aux potentiels colons avant de mourir d’asphyxie et de faim. Mais rien ne semble pouvoir arrêter la start-up américaine, pas même sa faillite.

En effet, elle avait déclaré dans un communiqué de presse que « La banqueroute concerne Mars Venture et n’affecte pas la situation financière de la fondation Mars One qui dirige la mission ». L’expression « l’espoir fait vivre » prend tout son sens ici puisque leurs prières semblent avoir été entendues.

Impossible d’en savoir plus pour le moment, il faudra attendre le 6 mars prochain pour découvrir ce que l’énigmatique sauveur a derrière la tête pour remettre sur les railles ce projet pour le moins incongru. Rappelons qu’aussi fou soit-il, 200 000 individus s’étaient portés volontaires pour le rejoindre. Projet ambitieux, inconscient, vendeur de rêves ? Arnaque ou pas, le projet Mars One n’a pas encore fini de faire parler de lui.