La sortie de la France de l’Union européenne baptisée Frexit en miroir au Brexit britannique était l’un des points phares de la campagne européenne de Marine Le Pen en 2014.

5 ans plus tard, le Front national rebaptisé Rassemblement national change de stratégie. Dans son nouveau programme présenté aujourd’hui à Strasbourg, ni la sortie de l’Union européenne, ni l’abandon de l’euro ne sont abordés.

Le retour au franc est jugé trop anxiogène par Marine Le Pen qui présente de nouvelles priorités : les questions environnementales et écologiques absentes en 2014 occupent désormais une place prépondérante dans son programme, sous le prisme du « localisme ». « Celui qui est enraciné chez lui est écologiste, celui qui est nomade […] s’en moque de l’écologie, il n’a pas de terre », a expliqué samedi la cheffe du Rassemblement National.

Derrière le localisme, le discours anti-migrants reste au coeur de la campagne

Le localisme au coeur de la campagne du Rassemblement national. Le localisme au coeur de la campagne du Rassemblement national. – © RICHARD BOUHET – AFP
Marine Le Pen profite aussi des élections européennes pour glisser plusieurs propositions franco-françaises, qui dépassent largement le cadre de l’UE :

  • Refondre le système d’asile, arrêter l’immigration légale, expulser des clandestins
  • Fermer les mosquées radicales, expulser les islamistes étrangers
  • Rétablir des contrôles aux frontières nationales

Interviewée sur RTL France, elle a déclaré « les migrants, c’est comme les éoliennes. Tout le monde est d’accord pour qu’il y en ait, mais personne n’en veut à côté de chez lui. »

L’extrême-droite espère monter en France et en Italie et créer de nouvelles alliances

Projections en nombre de sièges du parlement européen après les élections de mai 2019. Projections en nombre de sièges du parlement européen après les élections de mai 2019. – © Tous droits réservés
C’est l’un des enjeux de ces élections européennes du 26 mai prochain. Quel sera le poids de ce discours d’extrême-droite au sein du futur Parlement européen ? Les projections effectuées par l’Union européenne en mars dernier montrent que le groupe de l’Europe des Nations et des Libertés dans lequel se trouvent plusieurs partis d’extrême-droite pourrait passer de 5% à 8,7%.

Le nombre de députés se montrait à 61 sur 705 dans le nouvel hémicycle. Cette hausse de l’extrême-droite est attendue essentiellement en France et en Italie.

L’extrême-droite espère pouvoir peser suffisamment que pour bloquer certains projets européens. Avec une recherche de nouvelles alliances, notamment avec le Vlaams Belang et un appel vers la N-VA comme Marine Le Pen l’avait expliqué en décembre dernier en marge du débat sur le pacte sur les migrations.

Marine Le Pen toujours mise en examen pour détournement de fonds publics

Pour rappel, la justice française soupçonne le Rassemblement national d’avoir mis sur pied un système frauduleux consistant à faire embaucher indûment certains de ses salariés en qualité d’assistants parlementaires, rémunérés avec des deniers européens. 

Le Parlement européen évalue le préjudice à sept millions d’euros. Plusieurs hauts responsables du parti sont mis en examen, dont la présidente et fille de Jean-Marie Le Pen, Marine Le Pen, notamment pour détournement de fonds publics. Marine Le Pen bénéficie de son immunité parlementaire. Les députés européens ont voté le 12 mars dernier la levée de l’immunité de Jean-Marie Le Pen.

Celui-ci a refusé de se rendre la semaine dernière à une convocation de la justice. Pour justifier son refus, Jean-Marie Le Pen invoque le recours qu’il a formé contre cette levée de son immunité parlementaire.

Newsletter info
Recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité.
OK