Marielle de Sarnez, la combattante du centre – Le Figaro

Spread the love
  • Yum

DISPARITION – Femme de l’ombre admirée et redoutée, Marielle de Sarnez s’est éteinte au terme d’un combat contre une leucémie à l’âge de 69 ans.

Au printemps 1974, la fille d’un député gaulliste de la Seine-Maritime frappe à la porte de la permanence de campagne d’un candidat nommé Valéry Giscard d’Estaing. Marielle de Sarnez a 23 ans. Elle aime la politique et n’a d’autre diplôme en poche qu’une puissance de travail inépuisable, un sens de l’efficacité qui impressionne et un flair qui ne tarde pas à être repéré. Dans cette campagne victorieuse, elle n’a pas de fonction officielle, mais elle fait tout. Sa passion a trouvé un débouché. Une épopée politique, essentiellement dans l’ombre, commence. Elle s’est achevée ce 13 janvier 2021 quelques jours après la mort de l’ancien président. Au terme d’un combat, que l’on avait pourtant espéré gagné cet été, contre une leucémie.

En Giscardie, cette femme, aussi exigeante avec elle-même qu’elle le fut avec les autres, avance par la voie ingrate de l’appareil partisan quand d’autres plongent dans les délices des ministères. C’est une des chevilles ouvrières de l’UDF que le chef de l’État met

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

Le Figaro

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

Annulable à tout moment

Déjà abonné ? Connectez-vous

Leave a Reply

%d bloggers like this: