L’essayiste controversé a été condamné pour négationnisme à un an de prison ferme avec mandat d’arrêt, pour avoir publié sur son site des conclusions litigieuses de son avocat dans une autre affaire. Ce dernier écope d’une amende de 5 000 euros.

Alain Soral a été condamné ce 15 avril par le tribunal correctionnel de Paris à un an de prison ferme assorti d’un mandat d’arrêt. L’essayiste controversé a été reconnu coupable de contestation de l’existence de la Shoah, pour avoir publié sur son site des conclusions litigieuses de son avocat dans une autre affaire. Ce dernier, Damien Viguier, a été condamné à 5 000 euros d’amende pour complicité de ce délit, en raison du contenu de ces conclusions. Tous deux ont fait appel de la décision.

L’essayiste controversé n’était pas présent à la lecture du délibéré. 

Le tribunal est allé au-delà des réquisitions du parquet s’agissant d’Alain Soral, déjà condamné à plusieurs reprises, notamment pour provocation à la haine raciale. Le parquet de Paris avait en effet requis le 5 mars une condamnation de six mois de prison ferme pour le polémiste controversé, pour ces faits, ainsi qu’une amende de 15 000 euros contre son avocat.

Alain Soral et son avocat devront verser un euro symbolique de dommages et intérêts à quatre associations antiracistes parties civiles, ainsi que 1 500 euros au titre des frais de justice, solidairement, à chacune d’entre elles.

En 2016, le site Egalité et Réconciliation d’Alain Soral avait publié un dessin intitulé «Chutzpah Hebdo», représentant le visage de Charlie Chaplin devant l’étoile de David, avec dans une bulle, la question «Shoah où t’es ?», en référence à la une polémique du magazine Charlie Hebdo après les attentats de Bruxelles, «Papa où t’es?». Pour cette publication jugée négationniste, Alain Soral avait été définitivement condamné à 10 000 euros d’amende, avec possibilité d’emprisonnement en cas de non-paiement.

En novembre 2017, le même site avait publié les conclusions de son avocat Damien Viguier dans cette affaire, qui évoquaient notamment une chaussure et une perruque représentées sur le dessin condamné.

«Chaussure et cheveux font référence aux lieux de mémoire organisés comme des lieux de pèlerinage. On y met en scène des amoncellements de ces objets, afin de frapper les imaginations», avait notamment écrit l’avocat. «La coupe des cheveux se pratique dans tous les lieux de concentration et s’explique par l’hygiène», écrivait-il encore, citant ensuite le négationniste Robert Faurisson.

S’agissant de deux autres éléments du dessin, «savon et abat-jour», l’avocat avait qualifié de «propagande de guerre» les savons faits à partir de graisse humaine par les nazis ou les abats-jour en peau humaine.

La Licra et l’Union des étudiants juifs de France avaient signalé ces propos au parquet.

«La justice prend enfin la mesure du phénomène Soral, après dix ans de condamnations pour des délits racistes et antisémites. Soral expérimente enfin la rigueur de la loi», s’est félicité l’avocat de l’UEJF et de l’association J’accuse, Stéphane Lilti. La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) a salué dans un communiqué la «fermeté de cette décision qui doit aussi son caractère exceptionnel au mandat d’arrêt».

De son côté, Gérard Guillot, défenseur de l’avocat Damien Viguier, a dénoncé «un scandale». «On condamne un avocat français pour sa simple défense dans un dossier», s’est-il insurgé.

En janvier, Alain Soral avait déjà été condamné à Bobigny à un an de prison ferme, sans mandat d’arrêt, pour avoir injurié une magistrate et tenu des propos antisémites sur son site internet.

Il attend en mai quatre autres décisions de justice devant la cour d’appel de Paris.

Lire aussi : L’Union des étudiants juifs de France veut la fin de l’application Egalité et réconciliation