Malade du Covid-19, Donald Trump n’est « pas encore complètement tiré d’affaire », mais va pouvoir quitter l’hôpital – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Le médecin de la Maison Blanche Sean Conley lors d’une conférence de presse devant l’hôpital militaire Walter Reed, près de Washington, lundi 5 octobre.

Après une hospitalisation de trois jours, le président des Etats-Unis, Donald Trump, va pouvoir quitter l’hôpital militaire Walter Reed, près de Washington. Lors d’un point de presse, lundi 5 octobre, le médecin de la Maison Blanche Sean Conley a annoncé que son patient n’était « pas encore complètement tiré d’affaire », mais qu’il pourrait retourner à la Maison Blanche, où il continuera à être soigné. « Il bénéficiera de soins médicaux de classe mondiale 24 heures sur 24 », a-t-il ajouté. Il a précisé que l’équipe médicale, « prudemment optimiste », ne serait pas totalement soulagée avant une semaine, si la santé du patient ne s’aggrave pas à nouveau d’ici là.

Quelques minutes avant cette prise de parole, le président des Etats-Unis avait annoncé lui-même sur Twitter qu’il allait quitter l’hôpital à 18 h 30 (heure locale, 00 h 30 en France) :

« Je quitterai le formidable centre médical Walter Reed aujourd’hui à 18 h 30. Me sens vraiment bien ! N’ayez pas peur du Covid. Ne le laissez pas dominer votre vie. Nous avons développé, sous l’administration Trump, des médicaments et des connaissances vraiment formidables. Je me sens mieux qu’il y a 20 ans ! »

Le président des Etats-Unis, 74 ans, est hospitalisé depuis vendredi soir après avoir été testé positif au Covid-19, jeudi soir. Avec sa brève sortie de dimanche pour saluer depuis sa voiture ses partisans devant l’hôpital, M. Trump avait manifesté son impatience de reprendre sa campagne, alors qu’il reste moins d’un mois avant l’élection présidentielle du 3 novembre, qui l’opposera au démocrate Joe Biden. Testé positif il y a quelques jours seulement, Donald Trump devrait toutefois rester à l’isolement encore quelque temps, même après sa sortie de l’hôpital. Questionné sur la possibilité pour le président de voyager, son médecin a répondu lundi : « Nous verrons. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Présidentielle américaine : l’hospitalisation de Trump alimente les questions sur la continuité de la campagne

Sean Conley a fini par admettre dimanche que l’état initial de son patient avait été plus grave que ce qui avait été officiellement déclaré dans un premier temps, renforçant l’impression d’un vrai manque de transparence, voire d’une réelle inquiétude au plus fort de la maladie.

Faisant volte-face par rapport à son point de presse de samedi, le docteur a confirmé que Donald Trump avait bien eu besoin d’une mise sous oxygène vendredi, pendant environ une heure, à la Maison Blanche, un épisode jugé suffisamment inquiétant pour décider de l’hospitaliser le soir même.

Il a aussi annoncé un autre épisode de baisse de la saturation en oxygène survenu samedi matin. Et, samedi également, les médecins lui ont administré un troisième traitement, la dexaméthasone, un corticoïde efficace contre les formes graves du Covid-19, en plus de l’antiviral remdesivir et du cocktail expérimental de la société Regeneron, qu’il a reçus dès vendredi. Le docteur Conley a reconnu qu’il n’avait pas révélé cet incident la veille pour projeter une image « optimiste ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Santé de Donald Trump : l’optimisme affiché par la Maison Blanche mis à mal par une communication erratique

La porte-parole de la Maison Blanche testée positive

La porte-parole de la Maison Blanche, Kayleigh McEnany, lors d’une conférence de presse à Washington le 4 octobre.

Après le président, sa femme, Melania, sa proche conseillère Hope Hicks et plusieurs autres membres de son équipe, Kayleigh McEnany, la porte-parole de la Maison Blanche, a, à son tour, annoncé avoir été testée positive.

« J’ai été testée positive lundi au Covid-19, sans ressentir de symptômes », a-t-elle tweeté, précisant se mettre immédiatement en quarantaine. A plusieurs occasions ces derniers jours, elle a briefé, sans porter de masque, les journalistes à la Maison Blanche.

Cette annonce, après trois jours de communication cacophonique sur l’état de santé du président des Etats-Unis, renforce encore un peu plus l’image d’une Maison Blanche n’ayant pas pris la pleine mesure de l’épidémie.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Présidentielle américaine : l’hospitalisation de Trump alimente les questions sur la continuité de la campagne

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *