Le meurtre de cette femme de 34 ans et mère de deux enfants, abattue par son ex-conjoint, suscite l’indignation partout en France.

Elle est la trentième victime de féminicide depuis le mois de janvier 2019. Julie Douib a été tuée dimanche 3 mars en Corse par son ex-compagnon et père de ses deux enfants. Pour lui rendre hommage, une marche blanche a réuni plus de 3 000 personnes en Corse samedi 9 mars.

Parallèlement, un autre rassemblement avait lieu à Vaires-sur-Marne en Seine-et-Marne. C’est là que la jeune femme de 34 ans avait grandi. Un millier de personnes ont défilé dans les rues. Il y avait beaucoup d’émotions pour les proches et les anonymes présents.

Dans le cortège, Sophie a les larmes aux yeux et distribue des roses blanches. Depuis le déménagement de son amie en Corse il y a une dizaine d’années, elle avait des nouvelles via les réseaux sociaux. Mais il était impossible pour elle d’imaginer l’enfer que Julie Douib vivait. “Je la voyais sourire, être merveilleusement heureuse avec ses enfants. Ça fait vraiment mal de savoir tout ce qu’elle a vécu”, explique la jeune femme.

Je ne sais pas ce que la justice attend pour réagir !Sacha, un cousin de Julie Douibfranceinfo

Sur les photos, on voit la femme avec un grand sourire, à la plage ou avec ses deux garçons. Sacha, 23 ans est un cousin de la jeune femme, il est reconnaissant du soutien des nombreux anonymes présents. “Ça fait chaud au coeur. Les gens veulent montrer qu’ils sont là pour nous soutenir. On a tué une femme de plus. La trentième depuis le début de l’année”, déplore-t-il.

Julie Douib avait déposé plusieurs plaintes contre son ex-compagnon depuis leur séparation il y a six mois. Dans le cortège beaucoup dénoncent l’inaction des autorités. Muriel Robin était parmi eux. L’actrice a lancé à l’automne une pétition intitulée “Sauvons celles qui sont encore vivantes”.

Il faut que quand une femme porte plainte, le cauchemar s’arrête.Muriel Robinfranceinfo

Elle a recueilli plus de 717 000 signatures. “Emmanuel Macron avait dit que c’était une cause nationale alors maintenant il faut des actes à la hauteur de cette cause. (…) Je voudrais dans chaque commissariat une petite pièce en velours avec une femme gentille qui la prenne dans ses bras et qui lui dise, ‘c’est fini ma chérie’.”

Selon la  Fondation des femmes, un milliard d’euros et nécessaire pour aider les femmes battues. Pour l’organisation en urgence notamment. En France, une femme est tuée tous les deux jours, sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint.