l’essentiel
Emmanuel Macron, qui a quitté précipitamment les Pyrénées, est arrivé vers 22h30 à Paris et a participé à une réunion de crise avec son Premier ministre et les ministres de l’Intérieur et de la Justice. Il promet “des décisions fortes”.
Partagées abondamment sur les réseaux sociaux ce samedi, les images ravageuses du Président et de son épouse faisant du ski à la Mongie pendant que les boutiques et restaurants des Champs-Elysées étaient saccagés ont tôt fait de convaincre Emmanuel Macron de rentrer à Paris. Sitôt arrivé dans la Capitale peu après 22 h 30, le chef de l’Etat s’est rendu au ministère de l’Intérieur, place Beauveau dans le VIIIe arrondissement, pour faire le point sur les violences de cette journée de samedi.

En visite à la cellule de crise avec trois ministres

Le Président était attendu à la cellule de crise par le Premier ministre Edouard Philippe, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, et la garde des Sceaux, Nicole Belloubet. Emmanuel Macron a déclaré qu’il voulait « dans les meilleurs délais des décisions fortes, complémentaires pour que cela n’advienne plus ». « Beaucoup de choses ont été faites depuis novembre mais très clairement, la journée d’aujourd’hui montre que sur ces sujets-là et ces cas-là, nous n’y sommes pas ».

Edouard Philippe, Emmanuel Macron et Christophe Castaner lors de la réunion de crise ce samedi soir à Paris. Edouard Philippe, Emmanuel Macron et Christophe Castaner lors de la réunion de crise ce samedi soir à Paris. – Photo AFP

Ils “veulent détruire la République”

« Ce qu’il s’est passé sur les Champs-Elysées, ça ne s’appelle plus une manifestation, a estimé le chef de l’Etat. Ce sont des gens qui veulent détruire la République, au risque de tuer », a poursuivi le Président. « Tous ceux qui étaient là se sont rendus complices de cela », a-t-il ajouté. Des propos qui rappellent ceux qu’il avait tenus le 26 février, estimant qu’il fallait « maintenant dire que lorsqu’on va dans des manifestations violentes, on est complice du pire ».