Comme la semaine passée, plusieurs centaines de manifestants se sont réunies devant le consulat général d’Algérie, rue Vauban, à Lyon, dans le 6e arrondissement, pour manifester contre le cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika. Un rassemblement qui se voulait pacifique. Prises de parole, drapeaux, minute de silence… Les personnes mobilisées évoquent un « ras-le-bol » à l’encontre de celui qui est resté 20 ans à la tête de l’Algérie.

Un nouveau rendez-vous est déjà programmé à Lyon : prochain appel à manifester samedi 16 mars, place Gabriel Péri.

Ce 8 mars, c’est à Alger qu’une marée humaine avait défié le président Bouteflika qui a réaffirmé, depuis la Suisse, qu’il n’entendait pas renoncer à briguer un cinquième mandat lors de la présidentielle du 18 avril.

La réaction d’Abdelaziz Boumedienne, responsable du collectif des Algériens de France

Abdelaziz Boumedienne Photo PASCAL CHARRET
Abdelaziz Boumedienne Photo PASCAL CHARRET
Abdelaziz Boumedienne Photo PASCAL CHARRET
“Nous exigeons le retrait de la 5e candidature de Bouteflika, bien-sûr. Mais nous réclamons surtout la fin de ce système corrompu qui tient tous les pouvoirs en Algérie depuis bien trop longtemps. Tout le monde sait que Bouteflika n’en est que le paravent. L’Algérie est un pays très riche avec un peuple très pauvre. Ça doit cesser. Il faut enfin des élections libres et transparentes. Nous tenons à manifester de manière pacifique, jusqu’à l’élection.”