L’USB Promoter Group a dévoilé les spécificités du prochain protocole USB. Il s’appuie sur les qualités du Thunderbolt 3, développé par Intel et Apple.

Au croisement de l’USB et du Thunderbolt, il y aura donc l’USB 4. Soutenu par les plus grands géants de l’informatique comme Microsoft ou HPl’USB Promoter Group vient de publier les spécifications de la nouvelle norme, et si l’architecture est basée sur l’USB 3.2, la grande nouveauté — et même grande (r)évolution — est qu’elle introduit les spécificités ainsi que les points forts du Thunderbolt 3, comme le transfert et les échanges de flux différents (images, données…) à grande vitesse.

Développée par Intel et Apple, cette norme offre jusqu’à 40 Gbps de vitesse de transfert sur des câbles de types USB-C. En tirant partie de cette spécificité, l’USB 4 (et non USB 4.0) va l’ouvrir à toutes les machines et tous les systèmes d’exploitation ; pour les fabricants, c’est la perspective de développer de nouveaux produits pour de nouveaux usages. Autre avantage, la compatibilité avec les différents formats d’affichage, de cartes graphiques et d’écrans mais aussi, la recharge via la prise USB avec le protocole USB Power Delivery.

Dans le commerce dès 2021

En se basant sur l’USB 3.2, la nouvelle norme permettra une rétrocompatibilité avec d’anciens périphériques de type USB 2.0 ou USB 3.0, et l’on se dirige donc vers un standard universel pour les univers Mac et PC au travers des câbles USB-C. Ce que bon nombre réclamaient, industriels comme utilisateurs.

Seul bémol, ce ne sera pas pour tout de suite puisqu’on évoque le deuxième semestre 2019 pour que cette norme soit définitivement adoptée, et l’année 2021, pour que les premiers appareils disposant de cette puce sortent dans le commerce. Pour les fabricants, le fait que l’USB Promoter Group intègre le Thunderbolt 3 dans cette norme signifie, par la même occasion, qu’ils n’auront plus à verser des royalties à Intel et Apple, propriétaires de cette innovation. L’avenir dira si cela se traduit par des produits moins chers…

Pour en savoir plus

Le Thunderbolt 3 d’Intel supplantera-t-il l’USB ?

En fusionnant sa technologie de transfert haut débit Thunderbolt avec le nouveau format USB-C réversible, Intel propose un connecteur polyvalent et puissant qui pourrait bien supplanter l’USB dans tous les futurs appareils électroniques et simplifier la vie des utilisateurs.

Article de Marc Zaffagni publié le 06 juin 2015

Un câble identique pour connecter et alimenter les ordinateurs, les smartphones, tablettes, périphériques et autres appareils électroniques… Peut-on raisonnablement y croire et espérer que, dans un futur proche, nos prises électriques et nos bureaux ne soient plus garnis d’adaptateurs et de câbles aux formats hétérogènes ? C’est en tout cas la promesse que fait Intel avec son nouveau connecteur Thunderbolt 3 dévoilé au salon Computex qui se tient actuellement à Taiwan.

Le fondeur n’hésite pas à parler de « nirvana du port informatique » en vantant une fiche technique il est vrai séduisante : un débit maximal théorique de 40 gigabits par seconde (Gbps) contre 20 Gbps pour le Thunderbolt 2, la possibilité de connecter simultanément deux écrans Ultra HD, de fournir une connexion Ethernet 10 Gigabits et d’alimenter les appareils en fournissant jusqu’à 100 watts.

USB-C, enfin un seul câble pour tout faire

La grande nouveauté concerne l’adoption du connecteur USB-C à la place du mini DisplayPort utilisé depuis le lancement de Thunderbolt en 2011. L’USB Type C ou USB-C est la dernière évolution du célèbre connecteur dont l’un des avantages est d’être réversible car les deux extrémités du câble sont identiques.

Plus besoin non plus de respecter un sens pour brancher une prise ou une clé USB utilisant ce format qui est aussi extrêmement fin (8,4 x 2,6 mm). Ces dimensions très réduites vont permettre, d’une part, d’affiner le design des ordinateurs, smartphones et tablettes et, d’autre part, de l’intégrer dans des objets connectés. Apple est l’un des premiers constructeurs à avoir adopté le port USB-C dans son tout nouveau MacBook mais on le trouve également sur le dernier Chromebook Pixel de Google et la tablette N1 de Nokia.

À terme, on peut donc espérer que l’USB-C va contribuer à une uniformisation qui simplifiera la vie des usagers en éliminant les chargeurs et les câbles propriétaires. Mais ce n’est pas tout… L’USB-C a la capacité d’alimenter un appareil à hauteur de 20 volts et 5 ampères, soit une puissance potentielle de 100 watts. De quoi alimenter un périphérique externe qui pourra alors se passer d’un adaptateur secteur ou recharger une batterie. Avec le Thunderbolt 3, Intel combine la polyvalence de l’USB-C avec la puissance de sa technologie de transfert des données qui supporte également le PCI Express de troisième génération et le DisplayPort 1.2.

Si un port Thunderbolt 3 pourra donc recevoir des câbles USB-C standard, il faudra, pour bénéficier de toutes ses performances, disposer d’un câble USB-C labélisé Thunderbolt identifié par un petit éclair blanc apposé sur la prise (voir l’image en tête de cet article). Reste à savoir combien de temps s’écoulera avant que ce nouveau format ne se généralise. Intel annonce que les premiers produits compatibles Thunderbolt 3 arriveront en fin d’année avec une adoption qui montera en puissance courant 2016.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

Abonnez-vous à la lettre d’information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.
Cela vous intéressera aussi
À voir aussi : 

Leave a Reply