Ludovic le Moan quitte son poste de PDG de Sigfox

Spread the love
  • Yum

Ludovic le Moan quitte son poste de PDG de Sigfox

Une page se tourne chez Sigfox. Le fleuron français de l’internet des objets vient en effet d’annoncer le départ de son PDG emblématique Ludovic Le Moan, qui avait cofondé la société en 2009 en compagnie de Christophe Fourtet. Le conseil d’administration de la société toulousaine indique que Jeremy Prince, qui occupait le poste de président de Sigfox USA depuis mars 2019, succédera à Ludovic Le Moan en qualité de PDG de Sigfox.

« Nous avons la plus grande reconnaissance pour la façon dont Ludovic a dirigé Sigfox au cours des 10 dernières années », affirme Anne Lauvergeon, la présidente du conseil d’administration de la société spécialisée dans l’internet des objets. Pour l’ancienne patronne d’Areva, ce dernier « a indéniablement été la vision qui a nourri les succès de Sigfox, et l’héritage de Ludovic continuera d’être ressenti à travers tout l’écosystème. Nous le remercions sincèrement pour ses précieuses contributions ».

« Le conseil d’administration est convaincu que Jeremy, aux côtés de Franck Siegel, son président directeur général adjoint, mènera efficacement la mission de Sigfox. Celle-ci consiste à numériser le monde physique tout en s’engageant à exploiter et délivrer les avantages de l’IoT de manière à pérenniser et respecter notre environnement », ajoute également cette dernière. « Je souhaite beaucoup de succès à Jeremy et je suis convaincu qu’il mènera Sigfox à l’étape suivante de son évolution », a de son côté fait savoir Ludovic Le Moan.

publicité

Sigfox à la croisée des chemins

Ce changement de direction intervient dans une période critique pour Sigfox. Le fleuron français s’est en effet lancé ces derniers mois dans une large revue d’effectif, en annonçant notamment à l’été dernier la cession de son réseau allemand au fond Cube Infrastructure Managers. Après avoir cédé son réseau allemand, l’entreprise a également ouvert la porte à une vente de ses réseaux américain et français, comme nous l’indiquait voilà quelques mois sa direction, qui a également lancé un plan de sauvegarde de l’emploi pour sa branche hexagonale.

De quoi permettre à la société – qui compte aujourd’hui des grands comptes comme DHL, La Poste, Airbus ou la SNCF – de disposer de liquidités suffisantes pour lui permettre de développer de nouveaux services dans les domaines de la gestion des données et le cloud.

« Maintenant que notre technologie est installée, nous souhaitons recentrer notre activité pour pouvoir nous concentrer pleinement sur des services à forte valeur ajoutée », faisait valoir Ludovic Le Moan il y a quelques mois. Sans toutefois donner plus de précisions par rapport aux offres que prépare la société, dont la technologie est aujourd’hui majoritairement utilisée pour des services d’Asset tracking (c’est-à-dire la localisation et le suivi logistique d’objets) ou de backup de connectivité.

Leave a Reply

%d bloggers like this: