Low code ou développeur ultra qualifié ? CGU : un outil français pour ne plus se faire piéger… C’est le ZD Brief !

Spread the love
  • Yum

Low code ou développeur ultra qualifié ? CGU : un outil français pour ne plus se faire piéger... C'est le ZD Brief !

Sommaire :

  • Quels sont les langages et technos les plus demandés chez les développeurs ?
  • Le Low code devient sacrément tendance !
  • Un outil français pour ne plus se faire piéger par les CGU
  • Le chiffre clé :  40 % du web sur WordPress
  • Pratique : Comment savoir combien de cycles de batterie il reste sur l’iPhone ?

publicité

Quels sont les langages et technos les plus demandés chez les développeurs ?

Une tendance qui se renforce avec le confinement et le travail à distance : les métiers de développeur et de programmeurs sont de plus en plus demandés.

La concurrence s’est même renforcé entre les employeurs puisque ces derniers mois, les salaires moyens pour les postes de haut niveau en développement informatique ont augmenté dans tous les grands centres technologiques : +5 % dans la baie de San Francisco, +3 % à New York, +7 % à Toronto et +6 % à Londres selon une enquête menée récemment.

Le nombre d’emploi proposé a aussi augmenté pour les développeurs qui souhaitent travailler depuis leur domicile. Dans certaines villes, c’est même un tiers des offres d’emploi pour développeurs qui sont proposées en télétravail complet.

Mais pour attirer les talents, proposer du télétravail ne suffit pas. Car ces nouvelles recrues ont des attentes bien précises. 83 % d’entre elles recherchent « de nouveaux défis et un apprentissage continu ». Nombre d’employeurs vont devoir s’adapter pour les retenir.  

Mais attention, les employeurs aussi ont des attentes ! Tous les développeurs et programmeurs ne sont pas logés à la même enseigne. Les développeurs les plus demandés sont ceux qui connaissent Redux.js, React.js, les briques techniques de Google Cloud ou encore d’AWS.

Mais là aussi il y a des différences, qui correspondent à des parts de marché. Ainsi, la maitrise d’Amazon Web Services serait demandée 8 fois plus souvent dans les offres d’emploi que celle de Google Cloud Platform ou de Microsoft Azure. Enfin, les développeurs candidats doivent également connaître Kubernetes et Docker, les technologies de conteneurs prédominantes.

Le Low code devient sacrément tendance !

C’est une autre tendance accentuée par la pandémie : l’attrait pour le Low code. Une méthode qui vise à créer des applications informatiques avec un minimum de codage. 

Le cabinet de recherche Gartner affirme même qu’il s’agit là d’un mouvement technologique global qui a pris son essor tout récemment. Il prédit que de plus en plus d’entreprises vont se tourner vers ce type de plateformes pour supporter leurs programmes d’innovation et de transformation numérique.

Une tendance évidente quand on sait que cette méthode leur permet de créer et de déployer rapidement des applications logicielles sans avoir recours à un programmeur professionnel.

Et le succès du low code entraîne pas mal de changements dans la nature des acheteurs de technologies de l’information. Toujours selon le Gartner, en moyenne 41 % des employés qui ne travaillent pas dans le secteur informatique personnalisent ou créent désormais des données ou des solutions technologiques, en utilisant entre autre ce type de solution. Bref, il suffit de bien connaître son métier pour développer des applications désormais.

Un outil français pour ne plus se faire piéger par les CGU

L’ambassadeur du numérique Henri Verdier vient de présenter un nouvel outil pour suivre l’évolution des conditions générales d’utilisation des grands services en ligne. Régulièrement, Facebook, Instagram, Spotify, Twitter, Netflix, TikTok, Zoom ou encore Microsoft vous demande de valider de nouvelles CGU pour continuer à utiliser ses services. Mais en vrai vous ne lisez jamais ou alors très peu ces conditions écrites en tout petit caractère.

Et c’est piégeux, car avec notre accord ces grandes plateformes peuvent à tout moment tirer profit de nos données. Voilà quelques semaines par exemple, en changeant ses conditions d’utilisation WhatsApp a tenté de transmettre les données de ses utilisateurs à Facebook et à d’autres entités de son groupe. Si des lanceurs d’alerte n’avaient pas tiré la sonnette d’alarme, on aurait tous dit oui sans le savoir.

De telles expériences ne devraient plus se produire grâce à l’outil Scripta Manent. Un outil inventé par des français qui permet de mesurer les évolutions des documents contractuels des principaux fournisseurs de services en ligne et comparer les modifications apportées entre deux dates.

Chaque particulier peut donc désormais disposer de son propre outil pour suivre les évolutions. Une comparaison est faite à chaque changement de conditions générales avec des codes couleurs pour mettre en évidence les changements.

Fini donc les petites phrases en bas de page qui visent à nous faire accepter ce que l’on ne veut pas. A ce jour, 367 documents émanant de 174 fournisseurs de services sont déjà suivis. Un outil à suivre….

Le chiffre du jour : 40 % du web sur WordPress

Notre chiffre de la semaine concerne WordPress. Qui ne connait pas aujourd’hui le nom de ce système de gestion de contenu ? Peu d’internaute et c’est normal quand on apprend que 40% des sites présents sur la toile utilisent ce CMS. C’est presque 5 points de plus qu’il y a un an.

Un succès qui est lié en partie à la pandémie. Oui car en termes d’utilisation, le e-commerce joue un rôle moteur dans le succès de WordPress. Preuve en est que le plug-in le plus utilisé sur WordPress est WooCommerce, sa brique de commerce en ligne. On peut dire que l’éditeur de WordPress, Automattic, a eu le nez creux puisqu’il a racheté cet outil récemment. Et avec la pandémie, les échanges commerciaux sur la toile ont explosé, donnant un coup d’accélérateur au développement de WordPress.

D’autant que système de gestion de contenu affiche un certain nombre d’avantage : d’abord il est gratuit, libre, en open-source mais surtout relativement bien sécurisé grâce au support de l’éditeur.  WordPress est en effet régulièrement mis à jour,  ce qui protège ses utilisateurs des attaques.

De quoi assurer de beaux jours à WordPress sur le marché des CMS. La plateforme y est d’ailleurs largement leader avec 64%, contre 5% pour Shopify ou encore 3% pour Joomla et 2.5 % pour Squarespace.

Comment savoir combien de cycles de batterie il reste sur l’iPhone ?

Cette semaine notre rubrique pratique est dédiée aux iPhones et aux capacités de leurs batteries. Elles ne peuvent pas être rechargée indéfiniment. Apple indique que les batteries de ses iPhones sont conçue de manière à conserver jusqu’à 80 % de leur capacité initiale jusqu’à 500 cycles de charge complets. En d’autres termes, après 500 chargements les capacités de votre smartphone déclinent.

Pour connaitre avec précision ce chiffre fatidique direction Réglages puis Confidentialité puis Analyse et Améliorations. Assurez-vous que l’option “Partager l’analyse” soit activée. Cliquez sur “Données d’analyse”. Puis  faites défiler la liste jusqu’à la ligne qui mentionne les termes « log-aggregated » 2021-02- et le jour d’aujourd’hui.

Ensuite, deux option : soit sous copier/coller la liste dans l’application Notes mais il est difficile de faire défiler pour copier. Soit envoyer la liste par e-mail et la consulter depuis un ordinateur. Ensuite rechercher le terme “BatteryCycleCount”, et obtenir juste à côté le nombre de cycles de charge de son iPhone (plus d’informations ici).

Retrouvez le ZD’Brief sur les plateformes de podcast

Leave a Reply

%d bloggers like this: