L’OMS dans la tourmente – Le Figaro

Spread the love
  • Yum

Accusé par certains d’avoir couvert le régime chinois et minimisé la gravité du virus pendant la crise sanitaire, l’Éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, est sous le feu des critiques. Tout comme le financement plus que déroutant de l’agence onusienne basée à Genève.

Le 11 mars dernier, le directeur général de l’OMS reconnaît, après moult tergiversations, la réalité d’une pandémie mondiale.
Le 11 mars dernier, le directeur général de l’OMS reconnaît, après moult tergiversations, la réalité d’une pandémie mondiale. FABRICE COFFRINI/AFP

Le couperet est tombé le 14 avril, à Washington. Devant les journalistes accrédités à la Maison-Blanche, Donald Trump annonce la suspension de la contribution américaine au budget de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), en rappelant que ses concitoyens-contribuables lui versent chaque année «entre 400 et 500 millions de dollars». «À la mi-janvier, développe-t-il, l’OMS a répété qu’il n’y avait pas eu de transmission interhumaine du virus malgré les rapports et preuves claires du contraire. Les retards de l’OMS à déclarer une urgence sanitaire ont fait perdre un temps précieux. L’incapacité de l’OMS à obtenir des échantillons de virus a privé la communauté scientifique de données essentielles.»

Le 14 avril, Donald Trump annonce l’arrêt du financement de l’OMS par les États-Unis. Stefani Reynolds / Polaris / Starface

Cela faisait un moment que le numéro un américain rongeait son frein, accusant sur Twitter l’organisation genevoise d’être trop «sino-centrée» et d’avoir fait de la rétention d’informations pour ne pas froisser Pékin. Bien sûr, et personne n’est dupe, cette décision est à replacer dans le conflit

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 90% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

annulable à tout moment

Leave a Reply

%d bloggers like this: