L’observatoire d’Arecibo va-t-il (finalement) être reconstruit ?

Spread the love
  • Yum

C’est la belle histoire de Noël pour les amoureux d’astronomie. Alors que les évènements de ces derniers mois avaient scellé l’avenir du mythique observatoire Arecibo, la gouverneure de Puerto Rico n’est pas de cet avis. Dans une ordonnance en date du 28 décembre, elle a en effet assuré que le petit état caraïbéen allait tout mettre en œuvre pour rendre sa noblesse à celui qui fut, pendant plus d’un demi-siècle, le plus observatoire du monde. Une enveloppe de 8 millions de dollars va en effet être allouée à la reconstruction de ce joyau technologique.

Lourd de 900 tonnes, Arecibo mesure 305 mètres de diamètre, et est perdu au fond de la forêt équatoriale de l’île. Son antenne est soutenue par trois câbles à plus de 100 mètres de haut, afin de capter au mieux les signaux de l’espace. Mais il y a quelques semaines, les câbles ont cédé, l’antenne s’est détruite sur la coupole de l’observatoire, entraînant de très gros dégâts.

Cet évènement était survenu seulement quelques jours après que la NSF, la fondation nationale scientifique, seule autorité en charge de l’observatoire, ait annoncé que ce dernier avait fini sa mission, et qu’il allait être démonté.

Mais face à cette annonce pourtant prévisible, de nombreuses voix se sont élevées contre le projet de démantèlement de l’observatoire. En effet, Arecibo est un des lieux les plus importants pour l’astronomie du 20e siècle. Il est le responsable de nombreuses découvertes qui ont changé notre vision de l’espace. C’est notamment à lui que l’on doit la découverte des sursauts rapides, ou la détection des premiers pulsars.

observatoire arecibo

© Mario Roberto Duran Ortiz

Reconstruction d’Arecibo : la facture sera salée

Mais la reconstruction d’Arecibo n’est pas actée pour autant. En effet, les 8 millions de dollars promis par le gouvernement portoricain ne sont qu’un maigre acompte face à la facture finale. De plus, l’ordonnance a été signée par la gouverneure Wanda Vázquez Garced, le 28 décembre dernier, à trois jours de la fin de son mandat. Le changement de visage à la tête du pays pourra également avoir son importance dans ce dossier.

De son côté, la NSF est beaucoup plus réservée quant à la reconstruction du radiotélescope. Ce genre de décision fait partie d’un « processus pluriannuel » et il est « bien trop tôt pour commenter le remplacement », a déclaré Ralph Gaume, directeur de la Division des sciences astronomiques au sein de la fondation américaine.

Le Congrès américain est maintenant la seule instance à avoir l’avenir d’Arecibo entre les mains. La NSF va dans un premier temps évaluer les dégâts et réfléchir aux coûts et intérêts de reconstruire le télescope. Si le remplacement de l’observatoire est validé par le Congrès, il ne devrait pour autant, pas commencer avant 2022 ou 2023. D’ici là, les 900 tonnes de béton de l’observatoire d’Arecibo resteront à l’abandon, attendant de connaître leur sort.

Leave a Reply

%d bloggers like this: