L’IoT en quête d’une réponse à ses besoins

Spread the love
  • Yum

L’IoT en quête d’une réponse à ses besoins

Si le débat sur le déploiement de la 5G cellulaire en France suscite l’enthousiasme de ses partisans et les réserves de ses détracteurs, l’IoT, de son côté, se cherche encore une technologie qui lui permettrait de pleinement démontrer ses capacités en matière d’industrie 4.0. et de villes connectées.

Ces derniers mois et années, l’innovation en entreprise, à savoir la recherche de technologies en mesure d’améliorer les performances et procédés est passée d’accessoire à nécessité. Dans la grande boîte à outil qui doit leur permettre d’y accéder, l’IoT occupe une place de choix.

Qu’il s’agisse d’améliorer la capacité de production industrielle, d’optimiser l’utilisation de l’éclairage dans les bâtiments, de déployer un système de suivi des marchandises, d’assurer la sécurité des employés à tout moment, ou de créer un système logistique urbain, l’adoption de technologies reposant sur l’IoT est une source d’innovation au potentiel tout à fait considérable pour les entreprises.

Dans ce contexte, la cinquième génération (5G) de technologie sans fil se profile comme une opportunité technologique prometteuse pour développer des solutions facilitant les communications de machine à machine de manière rapide, fiable et rentable. Cependant, la 5G est souvent dépeinte comme une technologie digne d’un scénario de science-fiction, révolutionnaire pour une infinité d’applications IoT que les générations précédentes de technologie sans fil ne pouvaient apporter. La 5G peut-elle vraiment tenir toutes ses promesses, et est-elle adaptée à toutes les entreprises ?

publicité

Un périmètre d’utilisation pour la 5G cellulaire plus restreint qu’il n’y paraît

La possibilité d’implémenter la 5G à grande échelle et pour types d’applications dépend de son efficacité et de son coût. À moins que la 5G cellulaire pour l’IoT ne surmonte ses lacunes actuelles, elle ne deviendra pas une réalité pour tous.

Les opérateurs cellulaires ne sont pas forcément les mieux placés pour résoudre l’équation d’une solution 5G pour un IoT à l’échelle et utilisable par toutes les entreprises. La 5G opérée, requiert non seulement une infrastructure conséquente, mais aussi un engagement financier conséquent et sur la durée – puisqu’il est nécessaire de payer pour accéder à la technologie ainsi que pour accéder au réseau opéré. Par ailleurs, le stockage et la protection des données, ou du moins leur supervision doivent être confiés aux opérateurs.Les solutions 5G pour l’IoT sont devenues de plus en plus complexes. Alors que les entreprises ont investi et sont devenues dépendantes de l’IoT, une planification plus importante a été nécessaire pour déployer les réseaux et les coûts de gestion ont dérivé. Nombre d’entreprises se sont alors efforcées de minimiser les coûts et de se tourner vers d’autres technologies que la 5G. Ce qui s’annonçait comme une solution simple à mettre en œuvre pourrait rapidement se transformer en un gaspillage de fonds.

Une 5G autonome et affranchie de toute infrastructure pour l’industrie 4.0.

Le timing, la complexité et les coûts constituent les trois bémols majeurs de la 5G cellulaire pour les objets connectés. Ces obstacles ne sont pourtant pas une fatalité. Une solution vraiment efficace doit avoir pour mission de démocratiser l’IoT pour l’entreprise. Cette technologie existe et elle propose d’affranchir les réseaux IoT de toute infrastructure. Elle peut être installée par n’importe qui, n’importe où, en un temps record, et pour un dixième du coût des technologies concurrentes.

Grâce à la norme DECT-2020 NR, publiée l’année dernière par l’ETSI (European Telecommunications Standards Institute, soit Institut européen des normes de télécommunications) les éléments du réseau peuvent communiquer directement entre eux sans faire appel à un opérateur, un service, ou à une infrastructure de réseau et d’équipement. Le réseau se construit dispositif après dispositif. Chacun présente une puissance équivalente à celle d’une station de base. La combinaison de cette approche décentralisée avec un spectre dédié de 1.9 GHz, international et sans licence, rend ses bénéfices réellement grand public.

Cela veut également dire que les nouveaux entrants dans l’IoT peuvent s’affranchir de la complexité des autres solutions, tout en maîtrisant leurs frais. L’invention de ce nouveau standard ouvre le champ à un très large éventail d’applications à l’IoT, dépassant les solutions cellulaires.

Enfin, la basse-fréquence du réseau réduit la consommation d’énergie, condition sine qua non pour nombre d’applications à l’IoT, notamment les infrastructures pour la ville connectée.

Une technologie au service de la ville connectée

Ces dix dernières années, pour la première fois dans l’Histoire, plus de la moitié de la population mondiale est devenue urbaine. Cette dynamique est vouée à s’intensifier et s’accompagne d’exigences de suivi et de planification. Un cadre environnemental durable pour les smart city (villes intelligentes) impose également un encadrement de la consommation des énergies renouvelables.

Ici encore, la norme DECT-2020 NR aidera le secteur des énergies à tirer le meilleur parti d’une chaîne d’approvisionnement centralisée en la transformant en un système décentralisé. Géré en autonomie, allégé d’interventions inutiles, les entreprises et les collectivités y puisent directement les données existantes pour améliorer leur prise de décision et gagner en efficacité.

Dans le cas de DECT-2020 NR, réparer un problème de réseau ne nécessite pas d’intervention de la part des fournisseurs d’infrastructure, mais consiste simplement à lui ajouter un ou plusieurs dispositifs. Il opère en autonomie.

La 5G cellulaire a été conçue pour la téléphonie mobile et pour les cas d’usage “consumer” ; elle n’a pas été conçue pour les cas d’usages industriels. Les opérateurs télécom ne se mettront pas au défi eux-mêmes, mais s’ils n’affrontent pas les problèmes du timing, de la complexité et des coûts, ces problèmes demeureront. L’IoT, contrairement aux télécoms, peut se passer d’antennes.

Leave a Reply

%d bloggers like this: