L’impression 3D continue sa progression dans le paysage de la fabrication industrielle

Spread the love
  • Yum

L'impression 3D continue sa progression dans le paysage de la fabrication industrielle

A l’heure où la pandémie du Covid-19 a entraîné un certain engouement pour la fabrication additive, perçue comme un moyen rapide et fiable d’assurer la production de matériel médical dans l’urgence, comme en atteste l’installation d’un parc d’impression 3D par l’AP-HP, les industriels tendent aussi à consolider leurs utilisations de cette technologie.

La croissance de l’impression 3D atteint 52% en 2020, contre 17% en 2015, selon le dernier rapport State of 3D Printing de Sculpteo, qui rassemble le témoignage de plus de 1 600 répondants à travers le monde. Les utilisateurs commencent à être de plus en plus aguerris dans leurs connaissances et les applications de fabrication additive : 80% des répondants disent utiliser l’impression 3D depuis plus de deux ans, et 31% l’utilisent même quotidiennement.

« Il ne fait aucun doute que l’impression 3D est en train de changer le paysage de l’industrie. Notre sixième étude montre que de nombreuses industries consolident leurs utilisations de l’impression 3D, que son rôle devient plus défini dans leurs processus de fabrication. Les utilisateurs sont de plus en plus formés, mais aussi plus impatients d’essayer de nouvelles applications, technologies et matériaux » commente Clément Moreau, PDG et co-fondateur de Sculpteo.

publicité

La production de pièces finies dépasse les 50%

La production de pièces finies grâce à l’impression 3D atteint 52% en 2020, contre 48% en 2019. C’est toutefois pour le prototypage que la fabrication additive reste la plus utilisée (68%). Le collectif Makers for Life, qui a conçu un respirateur artificiel “MakAir” pendant le confinement, peut en témoigner. Si la 3D a permis d’accélérer la phase de prototypage du produit, cette technologie convient peu à un passage à l’échelle, faisait alors remarquer l’entrepreneur Baptiste Jamin à ZDNet.

Le rapport constate que deux facteurs jouent un rôle majeur dans la limitation du potentiel d’adoption de l’impression 3D, à savoir l’écart de connaissance et de compétence sur le sujet (51%) et le coût d’entrée (59%). Ce second argument économique est plus souvent cité par les professionnels aux Etats-Unis (pour 67% des répondants) qu’en Europe (44%), observe Sculpteo.

Malgré tout, les investissements enregistrés cette année sont en hausse, note le rapport. Près de 30% des utilisateurs disent avoir investi plus de 100 000 dollars dans l’impression 3D (+5% sur un an), et près d’un tiers s’attendent à augmenter davantage leurs investissements au cours de l’année.

Gain de temps et réalisation de pièces complexes

Les entreprises se montrent plutôt confiantes : 68% des répondants sont impatients d’utiliser la fabrication additive pour plus d’applications et 44% commenceront à utiliser de nouvelles technologies d’impression 3D.

Les nouveaux matériaux et les technologies fiables sont exigés par plus de 55% de l’industrie. Pour accélérer l’adoption de l’impression 3D dans tout écosystème de la fabrication, les capacités de la machine et la cohérence des pièces imprimées en 3D doivent également se développer pour plus de 80% des utilisateurs.

A mesure que les technologies et les matériaux se démocratisent, de plus en plus d’utilisateurs constatent les avantages des économies réalisées grâce à l’impression en 3D, souligne l’étude. De nombreux utilisateurs constatent également des gains de temps grâce et à une réduction globale des délais de réalisation. On constate que 66% des professionnels interrogés disent utiliser cette technologie pour créer des pièces à géométrie complexe. Les itérations (45%), la réduction des délais (43%) et les économies de coûts (37%) sont mentionnées comme étant les principaux avantages de cette technologie pour les pièces de rechange.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *