Voilà une histoire amusante que nous raconte le site français Aventure Apple, à l’heure où l’implication d’Apple dans l’automobile n’a jamais été aussi forte -Carplay, carOS, et projet Titan pour ne citer qu’eux.Il fut une époque où Renault nouait en effet tout un tas de partenariats pour vendre sa Clio «  Clio Shangai, de la Clio NRJ, de la Clio Chipie, ou de la Clio Alizé » nous rappelle l’auteur. Chaque pays avait ses déclinaisons, et c’est en Espagne que la Pomme s’est officiellement associée à la marque pour lancer… la Clio Apple :

Nous sommes pourtant en 1995, une des pires années pour Apple, dont la réputation n’était pas vraiment « jeune et branchée », contrairement au message que voulait faire passer la marque. Certes, il y avait bien les PowerBook (ancêtres des MacBook Pro) et le Newton, mais pas encore d’iPod ou d’iPhone, ni même d’iMac, arrivée seulement 3 ans plus tard. Pire que cela, avant le retour de Steve Jobs, beaucoup estimaient que l’avenir d’Apple était compromis, surtout cette année là où Microsoft enfonça le clou en présentant Windows 95.

Mais revenons à nos moutons, car cette Clio Apple n’avait rien de très « Apple » : en cherchant bien, on trouve quand-même une belle couleur rouge (pomme), mais aussi « des rétroviseurs et un béquet aux couleurs de la carrosserie, un autoradio-cassette avec commandes au volant, et deux malheureux monogrammes Apple sur les flancs ». En revanche, le véhicule était quand-même livré avec un téléphone portable (assez inédit pour l’époque) et un PowerBook 190 (puis un PowerBook 1400).

Enfin, si vous vous demandez ce que signifie le slogan « 110 chevaux, 500 Mega », il s’agit d’une référence à la taille du disque de la machine, de 500Mo à l’époque -ce qui était plutôt bien comparé aux petits SSD de 128 ou 256Go livrés sur les machines actuelles !