Lilibelle, 14 ans, tuée d’un coup de couteau lors d’une rixe en Essonne – Le Parisien

Spread the love
  • Yum

Elle avait 14 ans et s’appelait Lilibelle G. Cette collégienne a été tuée ce lundi d’un coup de couteau dans le ventre lors d’une rixe entre deux groupes de jeunes rivaux, à Saint-Chéron (Essonne).

Selon nos informations, l’affrontement a eu lieu vers 16 heures dans une rue à proximité du collège du Pont-de-Bois. Les deux groupes, constitués de collégiens du même âge que la victime, sont originaires de Dourdan et Saint-Chéron.

Selon les premiers éléments de l’enquête, c’est en tentant de s’interposer lors de la rixe que Lilibelle aurait reçu un coup de couteau dans le ventre, avant de succomber à ses blessures dans la nuit.

Six mineurs ont immédiatement été interpellés par les gendarmes et placés en garde à vue lundi après-midi, tandis que l’enquête a été confiée à la section de recherche de Paris pour « meurtre sur mineur de 15 ans et violences en réunion ».

«Maintenant, il faut que justice soit rendue»

« C’était une petite merveilleuse, elle n’était pas dans les problèmes, contraste une amie très proche de la famille, qui considérait Lilibelle comme sa petite sœur. Ici tout le monde la respectait. Quelques heures avant le drame, elle est passée chez moi. Tout était normal. Ses parents et ses trois frères et sœurs, tous plus âgés, sont dévastés. Maintenant, il faut que justice soit rendue. J’espère que ceux qui ont fait ça seront sévèrement punis. »

Ce drame intervient quelques semaines après la violente agression du jeune Yuriy à Paris, sur fond de rivalités entre bandes rivales.

Pour autant, les profils des mineurs impliqués ne correspondent pas à ceux des agresseurs plus armés et organisés de Yuriy. « Dans cette affaire, ils ne viennent pas de quartiers sensibles », souligne une source proche du dossier.

De vieilles rivalités entre jeunes de Saint-Chéron et Dourdan

Ce mardi, croisés devant le collège, plusieurs lycéens assurent ne pas être surpris par ce drame. « Ce sont de vieilles rivalités, assure l’un d’entre eux. Avant ça se passait entre lycéens, mais depuis ce sont les petits (NDLR : les collégiens) qui s’affrontent. »

Newsletter L’essentiel du matin

Un tour de l’actualité pour commencer la journée

Dans le groupe d’amis, tout le monde connaissait Lilibelle G., au moins de réputation. « C’est une fille qui séchait les cours, qui traînait souvent dehors. Ce qui lui est arrivé est vraiment triste mais on n’est pas surpris qu’elle fasse partie des jeunes présents lors de la rixe. »

Un dispositif d’écoute mis en place dans son collège

Loin de l’image d’une fille sulfureuse, le compte Instagram de Lilibelle G. laisse entrevoir la vie banale d’une adolescente, entre selfies avec filtres papillons et photos souriantes avec ses amis à la sortie du collège. Certaines de ses copines lui ont rendu hommage en postant des photos de la victime, aux longs cheveux noirs, sur les réseaux sociaux avec la mention « Repose en paix ».

Selon le président du conseil départemental (LR), François Durovray, Lilibelle G. « avait été exclue de son établissement de Saint-Chéron » et était « en procédure d’exclusion sur l’établissement de Dourdan ».

Contacté, le rectorat indique que la jeune fille, scolarisée en 3e, venait d’intégrer une classe-relais au sein du collège Jean-Moulin de La Norville. « Des dispositifs d’écoute seront mis en place dès la rentrée », précise-t-on au sein du rectorat.

À l’initiative de la famille et des proches de l’adolescente, une marche blanche pourrait être organisée dans les prochains jours.

Leave a Reply

%d bloggers like this: