L’Ile-de-France et le Nord toujours en alerte canicule – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Cartes de vigilance météo valable du mercredi 12 août 2020 à 6 heures au jeudi  13 août 2020 à 6 heures

Le retour à la fraîcheur n’est pas pour tout de suite. Mercredi 12 août, Météo-France a maintenu treize départements en vigilance rouge canicule et orage, situés entre l’Ile-de-France et le Nord, « du fait du risque de surmortalité dans le contexte sanitaire actuel lié à la pollution à l’ozone et au Covid ». Ces vingt-quatre dernières heures, l’alerte rouge a seulement été levée dans les départements de l’Eure et de la Seine-Maritime, qui rejoignent les 58 autres, situés du sud-ouest au nord-est, en vigilance orange orages.

Mercredi, une nette dégradation orageuse est attendue par l’ouest, remontant en début d’après-midi sur le Val de Loire, puis gagne la Bretagne, le Maine-et-Loire et, en fin d’après-midi, la Basse-Normandie. Les températures ne baisseront cependant pas : l’épisode sera bref (une ou deux heures) mais intense, avec grêle, pluies fortes, activité électrique notable et rafales pouvant localement dépasser les 100 km/h.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La France n’est pas préparée au « choc climatique » qu’elle subira d’ici à 2050

Fin de la canicule jeudi soir

Les maximales atteindront 21 à 28 degrés en Bretagne et le long de la côte atlantique, 30 à 34 degrés de la Normandie au Sud-Ouest et en bord de Méditerranée, jusqu’à 33 à 36 degrés de la Provence aux Hauts-de-France en passant par le Nord-Est. La canicule ne prendra fin que jeudi, vers 21 heures, selon les prévisions de Météo-France.

Ce nouvel épisode de fortes chaleurs survient alors que la France a enregistré son début d’année le plus chaud. La période janvier-juillet 2020 a ainsi été la plus chaude jamais observée depuis 1900, devant la même période de 2007, selon l’agence météorologique. L’année 2019, marquée par deux épisodes exceptionnels de canicule pendant l’été et un record absolu de température pour la France de 46 °C, avait été la troisième année la plus chaude en France métropolitaine, après 2018 et 2014.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Températures : des vagues de chaleur plus fréquentes et plus sévères

Notre sélection d’articles sur la canicule

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *