L’idylle entre Iliad et Cellnex se poursuit en Pologne

Spread the love
  • Yum

L'idylle entre Iliad et Cellnex se poursuit en Pologne

A l’été 2020, Cellnex mettait la main sur la TowerCo d’Iliad et son parc de quelques 5 700 sites de télécommunication mobile en France. L’opération, valorisée à deux milliards d’euros, devait alors permettre à la maison mère de Free de se donner de nouvelles marges de manœuvres financières avant le début des enchères portant sur les fréquences 5G. Elle laissait également la voie libre à l’ogre espagnol des infrastructures mobiles pour s’imposer de manière pérenne sur le marché français.

La transaction conclue avec Free – qui comprenait également la cession de 100 % de la filiale italienne d’infrastructures de Free (2 200 sites) et de 90 % des antennes de Salt (opérateur suisse détenu en propre par Xavier Niel) – marquait également le début d’une relation étroite entre Iliad et Cellnex. Une love story qui se poursuit aujourd’hui, comme le prouve la cession, rendue publique ce jeudi, de 60 % du parc de sites mobiles de Play, l’opérateur polonais récemment acquis par Iliad.

L’opération, valorisée par l’état-major d’Iliad à quelques 800 millions d’euros, permet à Cellnex de s’implanter sur un nouveau marché alors que la TowerCo est déjà présente en en Espagne, en Italie, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en France, en Suisse, en Irlande, au Portugal, en Autriche, au Danemark et en Suède. Elle renforce en outre le poids de Cellnex sur le Vieux Continent, où la holding présidée par Tobias Martinez dispose aujourd’hui d’un parc gigantesque de quelques 107 000 sites passifs… et lui permet de se rapprocher des principales TowerCos mondiales que sont ATC ou China Tower.

publicité

La France en ligne de mire

Pour Cellnex, l’enjeu est bien évidemment de faire grossir encore son parc de sites mobiles à l’aube du lancement à grande échelle de la 5G en Europe. Preuve de l’ambition du groupe espagnol, ce dernier ne s’est pas contenté de briguer une place centrale sur le marché polonais via l’acquisition des seules infrastructures de Play, mais a également mis la main sur le parc de 7 000 sites passifs du groupe Polkomtel Infrastruktura. De quoi lui laisser le champ libre sur ce nouveau marché européen.

Le géant espagnol ne reste pas pour autant inactif sur le marché français, loin de là. Le groupe vient en effet de se porter acquéreur de l’ensemble du portefeuille de 10 500 sites mobiles français d’Hivory, la TowerCo de SFR. L’opération, qui sera effective d’ici au second semestre 2021, et sous réserve de validation par les autorités, a été valorisée à 5,2 milliards d’euros pour Cellnex et comprendra en outre un programme d’investissements complémentaires de 900 millions d’euros pour déployer 2 500 nouveaux sites d’ici à 2029.

Présent en France depuis 2016 via sa branche locale, dirigée par Vincent Cuvillier, le groupe comptait début 2020 130 collaborateurs chargés de la gestion d’un patrimoine – qui s’élevait alors à plus de 9 000 sites mobiles répartis dans tout l’Hexagone. L’acquisition d’Hivory place Cellnex dans la peau du leader du secteur, avec près de 20 000 sites mobiles (antennes et toits-terrasses) sur le territoire. Rappelons qu’après une première incursion sur le sol français avec le rachat des infrastructures de Bouygues Telecom, Cellnex France avait également mis la main sur 5 700 sites passifs de Free via l’acquisition de 70 % de la TowerCo d’Iliad

Leave a Reply

%d bloggers like this: