Libre express: tech anti-handicaps, prothèse de main, observatoire spatial, gare aux licences

Spread the love
  • Yum

 

Image: MedithIT/CC by

publicité

A Rennes, des objets en open source pour améliorer la vie des personnes handicapées

(France 3 Bretagne)

Ils sont quatre porteurs de projet, handicapés, qui ont pu réaliser leurs prototypes, avec l’association My Human Kit et des salariés d’Ariane Group. Dans le FabLab organisé à Rennes par l’association, ont ainsi été réalisés:

– un « ExoFinger » pour permettre à un tétraplégique de rapprocher le pouce de l’index,

– une machine à lire pour malvoyant qui scanne et lit une page via une synthèse vocale,

– une manette (dite « Magic joy stick ») pour permettre à un myopathe de contrôler son fauteuil roulant,

– et un tricycle motorisé.

Conclusion de France 3 Bretagne: «Partager un espace où valides et handicapés inventent ensemble des solutions techniques à moindre coût et dont les fichiers sont disponibles gratuitement en Open Source, c’est aussi cela l’état d’esprit de My Human Kit.»

Une prothèse de main qui s’adapte à la personne qui la porte

(m2A, magazine Mulhouse Alsace Agglomération)

Depuis plus de trois ans, une équipe de l’IUT de Mulhouse travaille pour développer «une prothèse de main intelligente qui apprend et s’adapte à la personne qui la porte». Ce projet est né en juin 2017, quand le laboratoire Irimas (Institut de Recherche en Informatique, Mathématiques, Automatique et Signal) de l’IUT a fabriqué une main articulée pour une petite fille de 4 ans, dont la main gauche n’est pas formée. Sa prothèse compte 52 pièces, imprimées en 3D et assemblées sur place.

Une équipe – enseignants, étudiants – s’est alors passionnée pour le projet et a pris comme objectif «de développer plusieurs degrés de liberté et de fonctionnalités. Grâce à l’intelligence artificielle, c’est la main qui s’adapte à la personne et non l’inverse. « La main a 26 degrés de liberté », précise Djaffar Ould Abdeslam», enseignant-chercheur.

L’équipe développe une main myoélectrique, pour laquelle les signaux du cerveau (impulsions électriques normalement envoyées au muscle concerné) seront traités par une intelligence artificielle. «Les données du capteur vont ainsi transiter en Bluetooth jusqu’à un nano-ordinateur, puis à un micro-contrôleur embarqué sur la prothèse.»

Financé par la Fondation partenariale Haute-Alsace, le projet de réalisation de la main myoélectrique est open source, indique le magazine de Mulhouse: «Il n’y aura pas de dépôt de brevet et la main myoélectrique créée par le laboratoire Irimas ne sera pas commercialisée. ‘Nous voulons partager les connaissances acquises et laisser le champ libre à l’amélioration de la prothèse.’»

Un observatoire et «de la donnée au service des communautés de citoyens»

(La Croix)

Vernon est une ville de l’Eure dont l’histoire est marquée par la conquête spatiale, raconte La Croix, et c’est la ville qu’a choisie Gaël Musquet, «passionné de météorologie, d’astronomie et de logiciel libre», qui y habite (rangé dans la catégorie «Personnalité française liée au logiciel libre», un article lui est consacré dans Wikipédia). Début octobre, l’Observatoire astronomique de Vernon a été inauguré.

«Cet Observatoire est une nouvelle étape dans le parcours de cet homme marqué par le passage de l’ouragan Hugo dans sa Guadeloupe natale, lorsqu’il avait 9 ans. Formé en météorologie en Normandie, passionné d’astronomie, Gaël Musquet a combiné ses connaissances à sa passion du logiciel libre, depuis qu’il a découvert Openstreetmap (OSM), le projet mondial de cartographie open source et collaboratif. (…)

Le projet de celui qui se présente comme ‘hacker éthique’ est de ‘produire de la donnée au service des communautés de citoyens’. Données météorologiques bien sûr, mais aussi celles provenant d’un ciel désormais habité par plusieurs milliers de satellites, sans compter les débris qu’ils engendrent.»

«Pour ‘industrialiser’ son activité, Gaël Musquet a pu compter sur le soutien, depuis quatre ans, d’Éric Léandri, cofondateur du moteur de recherche Qwant et fondateur, en mars dernier, d’Altrnativ (25 salariés). La branche Altrnativ. radio, que va diriger Gaël Musquet, doit servir à ‘passer au niveau supérieur’, d’après Éric Léandri. Celui-ci a réussi à s’associer les services de grands noms des technologies: Nvidia pour la puissance de calcul, Akuo en énergie verte, Oscaro power pour les besoins d’alimentation solaire.»

Licences open source: gare aux ambiguïtés

(LeMagIT)

Une étude de ClearlyDefined sur 5.000 packages applicatifs sous licence open source démontre que seulement 5% d’entre eux sont suffisamment documentés pour éviter les ambiguïtés de droits, expose LeMagIT.

«Si l’information sur les droits d’utilisation n’est pas claire, alors il est difficile d’utiliser des composants open source, que l’on soit un développeur indépendant ou une entreprise, voire un éditeur, selon le CTO de NexB. Philippe Ombredanne est le cofondateur du projet SPDX, un format de fichier dédié à la standardisation de licences et de ClearlyDefined, qui comprend plusieurs outils open source pour documenter, corriger et sécuriser le code. Il développe également ScanCode, une boîte à outils open source sous l’égide de l’OCI pour détecter les licences et les copyrights dans le code.»

Lire aussi

Ces bouts de codes open source obsolètes sont utilisés un peu partout dans les entreprises, et c’est un vrai problème – 13 mai 2020

5 applications pour gérer les licences de manière sécurisée – 23 juillet 2019

Du Libre pour fêter les 50 ans des premiers humains sur la Lune – 2 février 2019

Libre et open source express: Red Hat, chatbots, le Mérite pour deux libristes – 29 novembre 2018

Santé pour tous: une main bionique en open source – 27 avril 2015

Leave a Reply

%d bloggers like this: