L’exécutif veut décaler les élections régionales d’une semaine, à la fin de juin – Le Monde

Spread the love
  • Yum

Des élections régionales maintenues…mais décalées. Le premier ministre Jean Castex va proposer aux parlementaires d’organiser les élections régionales et départementales aux 20 et 27 juin – elles étaient initiallement prévues les 13 et 20 juin.

C’est ce que Matignon a confirmé au Monde mardi 13 avril : « C’est une semaine de plus pour la vaccination, une semaine de plus pour faire campagne », invoque l’exécutif. M. Castex s’exprimera à l’occasion de débats suivis de votes consultatifs à l’Assemblée nationale mardi 13 avril et au Sénat mercredi 14 avril.

Le chef du gouvernement avait déclaré la semaine dernière qu’il privilégiait « à ce stade » le maintien des deux scrutins au 13 et 20 juin. Changement de plan, donc, ce mardi matin. « Le premier ministre va proposer que les élections aient lieu au mois de juin, peut-être en décalant jusqu’au 27 juin le deuxième tour (…) je le pense et je m’en félicite », a souligné Richard Ferrand, le président de l’Assemblée nationale, au micro de RTL.

Tollé après la consulation des maires

Vendredi 9 avril, prenant tout le monde par surprise, à commencer par les premiers concernés, Jean Castex avait déclenché une consultation express des maires par les préfets afin qu’ils répondent par oui ou par non, avant lundi 12 avril à midi, si les conditions leur semblaient réunies pour tenir les scrutins régionaux et départementaux prévus les 13 et 20 juin. Provoquant immédiatement un tollé des oppositions de tout bord. Il s’est attiré les foudres des associations d’élus et de l’opposition, qui l’ont soupçonné de vouloir reporter des élections a priori défavorables à la majorité.

Lire aussi Elections régionales : une majorité de maires favorables au maintien du scrutin au mois de juin

D’autant que l’Association des maires de France (AMF), l’Assemblée des départements de France (ADF) et Régions de France s’étaient déjà prononcées pour le maintien des scrutins, dans un courrier, daté de jeudi, adressé à l’exécutif.

Une majorité (56 %) de maires directement consultés se sont prononcés pour le maintien. Au total, environ deux tiers (69 %) d’entre eux ont répondu. L’AMF, dirigée par l’ancien ministre François Baroin, s’est immédiatement félicitée que les élus « conformément à l’avis formulé par ses instances représentatives (…) aient manifesté leur volonté que le calendrier électoral soit respecté » et « su placer l’intérêt général au-dessus de toute considération politique ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Calendrier des régionales : la consultation express des maires par le gouvernement fait un tollé

Ces atermoiements sont aussi la conséquence de la clause de revoyure prévue dans la loi approuvée cet hiver, qui devait se baser sur un avis du conseil scientifique. Celui-ci ne s’est finalement pas prononcé sur un éventuel report, laissant début avril la responsabilité en la matière à l’exécutif.

« Le gouvernement ne doit pas se défausser »

Du côté de l’opposition, les critiques ont fusé, principalement chez les Républicains (LR), qui sont à la tête de plusieurs régions, et qui comptent se servir du scrutin comme d’un tremplin pour la présidentielle. « C’est comme si on envoyait au maire une sorte de sondage pour leur demander si les Français devraient payer leurs impôts », a ironisé l’eurodéputé (LR) François-Xavier Bellamy sur Sud Radio. « Ne faisons pas la différence entre des élections essentielles et celles qui ne le seraient pas », a martelé sur BFM-TV et RMC, Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France et candidat pour 2022, qui a dit quitter la vie politique s’il était battu aux régionales.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Elections régionales : maintenir le scrutin en juin ou les reporter ? Une majorité divisée

Le débat annoncé au Parlement au dernier moment a également suscité des critiques : « C’est à 16 h 27 par SMS, puis à 16 h 43 par un courrier du cabinet du premier ministre que nous avons appris officiellement la tenue d’un débat 50-1 (…) Au bout du compte, le gouvernement est le seul décideur du maintien ou pas des élections, il ne doit pas se défausser », a résumé la sénatrice communiste de Seine-Saint-Denis Eliane Assassi.

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

%d bloggers like this: