Les trois piliers pour une adoption efficace de l’approche DevSecOps

Spread the love
  • Yum

Les trois piliers pour une adoption efficace de l’approche DevSecOps

 Son essor a coïncidé avec deux changements majeurs dans la façon dont les logiciels sont créés et déployés : le passage au cloud et la dépendance croissante aux logiciels open source. Bien que ces changements permettent aux entreprises de créer de la valeur plus rapidement et, donc, de rester compétitives, ils introduisent des complexités supplémentaires qui rendent la sécurisation bien plus complexe. 

publicité

La sécurité remise au centre du cycle de développement logiciel 

Alors que les équipes de développement continuent de produire toujours plus rapidement et fréquemment, les équipes de sécurité ont, de leurs côtés, de plus en plus de mal à suivre ce rythme effréné.  Ce qui peut amener des retards et des coûts financiers conséquents. Or, en passant d’une approche DevOps à une approche DevSecOps, c’est-à-dire en intégrant la sécurité dans le cycle de développement logiciel dès le départ, les entreprises peuvent éviter cette surcharge de travail aux équipes de sécurité.

L’adoption d’une approche DevSecOps est idéale pour toutes les entreprises pour lesquelles la sécurité constitue un enjeu dans le cycle de développement logiciel. En effet, elle offre la possibilité aux équipes de développement de sécuriser ce qu’elles produisent au fur et à mesure, tout en permettant une plus grande collaboration entre les équipes de développement et de sécurité. Cela permet à la fois un développement plus rapide grâce à des contrôles standards automatisés et une amélioration conséquente de la sécurité grâce à un modèle de responsabilité partagée. De plus, l’intégration de la sécurité tout au long du cycle de développement logiciel entraîne une réduction importante des coûts car il n’est plus nécessaire de mettre en place des contrôles de sécurité une fois la phase de développement finalisée. 

L’humain, le processus et la technologie : les piliers du DevSecOps 

Pour assurer une bonne adoption de cette nouvelle approche, les entreprises doivent s’appuyer sur trois piliers :

Responsabiliser les employés est une étape majeure de la mise en place d’une stratégie DevSecOps pour les organisations. En effet, elles doivent commencer par une remise en question de la manière dont les équipes de sécurité traditionnelles s’intègrent au sens large. Des liens étroits entre les équipes de développement, de sécurité et des opérations garantissent un retour d’information plus rapide sur la qualité et la sûreté du code, du logiciel ou de l’application. 

  • Permettant ainsi de réduire les coûts de mise en œuvre des corrections de vulnérabilités. Traditionnellement, les développeurs étaient responsables de la vitesse de livraison des applications, l’équipe de la sécurité était responsable de la sécurisation de ces dernières et les opérations de leur stabilité. Une approche DevSecOps supprime ces silos et unit les trois rôles dans un objectif commun de gain de productivité et de sécurité. 
  • Soutenir la nouvelle culture DevSecOps avec un processus clair peut grandement faciliter son adoption. Il s’agit ici de faire tomber les barrières liées à une vision verticalisée du travail et d’encourager, au contraire, le partage des responsabilités. En effet, les stratégies de sécurité traditionnelles consistent à fixer des étapes clés pour les opérations de sécurité et à empêcher le processus d’aller au-delà de ces étapes jusqu’à ce qu’un résultat fiable soit atteint.  Pourtant, ce type de modèles crée de longues boucles de retours qui ralentissent la livraison des logiciels. Les équipes chargées du développement, de la sécurité et des opérations doivent travailler ensemble pour garantir la réalisation de tous les objectifs de l’entreprise. Un bon point de départ pour ces équipes est la modélisation des menaces. Elles pourront ainsi identifier les menaces, les failles et les contrôles préventifs qui peuvent être mis en œuvre pour les atténuer. 
  • Faire le choix des technologies adaptées pour mettre en place les processus adéquats. Souvent, les technologies DevSecOps sont vues comme uniquement axées sur l’automatisation des processus de déploiement des applications. Pourtant, l’automatisation n’est pas toujours la réponse adaptée. La clé réside dans le bon équilibre entre les contrôles automatisés et les contrôles manuels. 

Les organisations doivent donc examiner leurs technologies, faire le choix de l’automatisation lorsqu’elles en ont la possibilité et qu’elles y voient une nécessité, moderniser le plus possible et, lorsque la technologie s’avère peu pratique, la supprimer. 

C’est en écoutant les l’ensemble des équipes de l’entreprise, ainsi que les équipes de sécurité, que les organisations peuvent proposer des services plus adaptés. Par ailleurs, au moment du choix de la plateforme DevSecOps, il est primordial de faire le choix d’une plateforme qui place les développeurs au centre. Les équipes de sécurité, de développement et des opérations seront ainsi dans la capacité d’intégrer la sécurité dans l’ensemble du cycle de développement logiciel. 

L’usage de l’open source et le choix d’aller vers des applications natives du cloud va continuer à se généraliser, obligeant les entreprises à investir toujours plus dans la sécurité. En unissant les équipes de sécurité, de développement et des opérations, l’adoption d’une approche DevSecOps bien réalisée offre aux organisations des bénéfices de productivité, de sécurité et financiers. Elles peuvent ainsi rester compétitives face à leurs concurrents et sont mieux préparer aux changements de leurs industries respectives. 

Leave a Reply

%d bloggers like this: