Les stations d’accueil pour smartphones ne sont pas à la hauteur

Spread the love
  • Yum

Les stations d'accueil pour smartphones ne sont pas à la hauteur

Il y a près de trois ans, je notais déjà la prolifération des environnements de bureaux intégrés pour les smartphones. Ces environnements se mettent en place lorsque vous connectez un smartphone à un moniteur. Avec l’iPhone, il suffit de faire un miroir de l’écran. Mais un téléphone Samsung équipé de l’environnement DeX de la société (pour les Galaxy S et Note) offre la possibilité d’une expérience de bureau qui inclut une barre de tâches et exécute des applications Android dans des fenêtres redimensionnables. Ajoutez un clavier et une souris connectés par Bluetooth ou un hub USB-C et, voilà, vous obtenez un environnement confortable de type PC.

Lorsque ces environnements sont apparus, ils étaient axés sur le scénario d’une personne apportant un smartphone dans un bureau où elle se connecterait à un clavier, un écran et une souris de bureau. Au fil des ans, cependant, un certain nombre de start-ups ont développé des boîtiers de connexion pour ordinateurs portables qui s’appuient sur ces environnements pour leurs logiciels et leur connectivité et qui peuvent également fonctionner comme un second écran pour d’autres appareils. L’idée a été testée pour la première fois il y a plus de dix ans avec des produits tels que le compagnon Redfly pour Blackberry et Windows Phones et le Palm Foleo, qui n’a jamais été commercialisé. Lorsque Palm a annulé la commercialisation de cet appareil, il a fait miroiter l’espoir d’un Foleo II. Mais le Foleo II non plus n’a jamais été commercialisé.

L’une des premières initiatives récentes, le Mirabook, lancé sur Indiegogo à la mi-2017, vient d’atteindre sa phase de production à la fin de l’année dernière. La société a indiqué aux bailleurs de fonds qu’elle cherchait à résoudre une série de problèmes de qualité car 15 % des unités qui comprennent des haut-parleurs et des USB sont non fonctionnelles. Il y avait aussi le Sentio Superbook, produit par une société qui a créé son propre environnement de bureau. Mais la dernière mise à jour du projet remonte à la mi-2019 et les commentaires du projet sont assez négatifs.

publicité

Nexdock 2, la déception

A noter un projet Kickstarter, le Nexdock 2, soit une coque gris foncé qui comprend un écran de 13 pouces, trois ports USB-C. Deux d’entre eux sont destinés à l’alimentation et à la connexion au smartphone qu’il charge également. Il y a également un port USB-A et un emplacement microSD. Il fonctionne avec les deux principaux modes de bureau actuellement disponibles : Samsung’s DeX et Huawei’s Easy Projection.

Google a inclus une version de base d’un mode bureau dans Android 10, supporté par LG et d’autres, mais pas par les téléphones Pixel de Google. Alors que Nexdock propose une version avec un écran tactile, la version que j’ai pu essayer n’en avait pas. Il n’y a pas non plus de webcam, bien qu’il existe des supports qui vous permettent de positionner votre smartphone sur le côté pour l’utiliser comme un seul appareil si vous êtes prêt à accepter des sessions avec des zoom décentrés.

Le Nexdock 2 propose une ressemblance passagère avec le MacBook Air, mais l’expérience de son utilisation diverge rapidement de ce produit. Bien qu’il n’ait pas de ventilateur, il est étonnamment lourd. L’écran de l’appareil souffre de problèmes de luminosité sur les bordures. Le clavier est rétroéclairé de façon inégale et son intensité diminue vers le milieu, une anomalie que je n’ai jamais vue jusqu’alors. Les boutons du trackpad ne fonctionnent pas bien.

Vers un univers favorable aux docks

On trouve également un autre projet de crowdsourcing nommé Anyware Phonebook, un appareil de 15 pouces proposé à moins de 150 dollars pour les crowdsouceurs. Comme de nombreuses petites entreprises de fabrication en Chine, Anyware affirme que la production a été un peu déréglée par l’épidémie de COVID-19, mais prévoit toujours de commencer à expédier le mois prochain et appliquera une politique de retour de sept jours, quelque soit la raison.

La pression sur les prix est à l’origine d’une grande partie du défi que représente la production de ces appareils. En effet, il ne fait aucun doute que Samsung pourrait produire lui-même une version offrant un design bien supérieur aux efforts de ces start-ups. Un tel produit aurait séduit les responsables informatiques dans des environnements fortement contrôlés qui veulent profiter des outils de Knox et de MDM. Au lieu de cela, Samsung a autorisé DeX à travailler directement avec les ordinateurs portables Windows, offrant un environnement alternatif lorsque vous souhaitez adresser directement les ressources sur votre smartphone.

Et pendant ce temps, Microsoft et d’autres fabricants d’ordinateurs portables travaillent d’arrache-pied pour renforcer les passerelles entre le PC et smartphone afin que cela ne soit pas nécessaire.

Dans les deux cas, l’année ou les deux prochaines années qui viennent seront plus propices à l’interaction entre PC et téléphone portable, à mesure que les réseaux 5G se déploieront dans le monde entier. Les problèmes de sécurité liés au Wi-Fi public étant majeurs, les gens seront de plus en plus nombreux à vouloir profiter d’une connexion 5G disponible. Et ils passeront par leur smarphone pour travailler avec leur ordinateur portable.

Source : ZDNet

Leave a Reply